agrapresse.fr
S'abonner à flux agrapresse.fr
LE QUOTIDIEN DE L'ÉCONOMIE AGRICOLE - PARIS - BRUXELLES
Mis à jour : il y a 7 min 48 sec

Biocarburants : les députés recourent à une seconde délibération sur l’huile de palme

ven, 11/15/2019 - 19:44
Pratique exceptionnelle à l’Assemblée nationale, les députés sont invités à délibérer de nouveau sur l’huile de palme transformée en biocarburant. Hier 14 novembre, quelques députés, dont plusieurs des Bouches du Rhône où se trouve l’usine de Total de La Mède, ont déposé un amendement pour réintroduire l’avantage fiscal de l’huile de palme pour biocarburant. L’avantage fiscal pour l’huile de palme avait été supprimé par l’Assemblée en décembre dernier. Pris de court, les députés ont adopté le texte sans discussion en séance. Aujourd’hui, plusieurs députés sont montés au créneau, à commencer par Joël Giraud (LREM), rapporteur du PLF pour 2020, pour demander un second vote. Face à cette demande et au tollé des organisations écologistes, le Premier ministre a demandé lui-même un nouveau vote. Celui-ci aura lieu ce soir.
Source : agrapresse.fr

Nouvelle mobilisation de la FNSEA et des JA le 27 novembre, mot d'ordre inchangé

ven, 11/15/2019 - 18:12
La FNSEA et les JA ont lancé un mot d'ordre à leur réseau le 14 novembre en vue d'une mobilisation nationale le 27 novembre, ont indiqué les syndicats à Agra Presse, confirmant une information de l'AFP. Le mot d'ordre se situe dans la continuité des actions qui se sont déroulées cet automne, à savoir l'opposition à «l'agribashing», aux accords de libre-échange et aux distorsions de concurrence. Dans le cadre de cette journée d'action, la FRSEA Ile-de-France a choisi de focaliser sa mobilisation sur la problématique des zones de non-traitement (ZNT). Les précédentes journées d'action nationales avaient eu lieu le 22 octobre (sous le slogan «Macron, réponds-nous!») et le 8 octobre.
Source : agrapresse.fr

Sucre : Tereos réduit sa perte nette semestrielle grâce à une amélioration du marché

ven, 11/15/2019 - 10:48
Le sucrier Tereos, qui fait face à un marché en crise, a annoncé le 15 novembre avoir réduit sa perte nette au 1er semestre 2019-20 à 21 M€ contre 96 M€ un an plus tôt. «Les résultats du premier semestre 2019-20 s'inscrivent comme attendu dans le contexte de prix bas du sucre mondial et européen», mais le deuxième trimestre «marque un point d'inflexion» avec des conditions de marché en amélioration, selon un communiqué. «Sur le long terme, la demande mondiale en produits et solutions innovantes basées sur le végétal se poursuit et Tereos est stratégiquement positionné pour y répondre», déclare le président du directoire Alexis Duval, cité dans le document.
Source : agrapresse.fr

Agenda de la semaine agricole du 18/11/2019

ven, 11/15/2019 - 09:51
Lundi 18 novembre
Conseil agricole, à Bruxelles

Mardi 19 novembre
Open Agri Food, à Orléans jusqu'à mercredi
Vote du PLF 2020 à l'Assemblée nationale
Vote du PLFSS 2020 au Sénat
Début de l'examen du PLF 2020 au Sénat (commissions)
Début de l'examen du PJL de lutte contre le gaspillage à l'Assemblée nationale (commissions)
Journée de Terres Inovia sur le pois et la féverole
Salon des maires, jusqu'à jeudi

Mercredi 20 novembre
Rencontres de la fertilisation raisonnée, à Dijon

Jeudi 21 novembre
Rencontres Agri Ethique France

Vendredi 22 novembre
Conférence de presse de Natup, Groupama et Bioline sur le produit Protélis
Source : agrapresse.fr

Les sénateurs soutiennent la taxe sur les «premix» à base de vin

jeu, 11/14/2019 - 14:39
Après de longs débats les 13 et 14 novembre, les sénateurs n'ont pas adopté les amendements de suppression de la taxe sur les «premix» à base de vin. La mesure proposée par l'Assemblée nationale dans le cadre des débats budgétaires (PLFSS) vise à étendre la taxe existante sur les premix aux boissons à base de vin (p.ex. rosé-pamplemousse). Le rapporteur Modem Jean-Marie Vanlerenberghe a mis en avant leur composition, «à plus de 80% avec des vins d'importation» et l'objectif «de freiner le développement de nouveaux produits dirigés vers les jeunes». Les partisans de la suppression de la taxe ont défendu «une tradition qui remonte à des milliers d'années», comme Vivette Lopez (LR), ou craint, comme la radicale Nathalie Delattre, que «cette mesure ouvre la voie à une taxation de l'alcool».
Source : agrapresse.fr

Bio: la grande distribution «choquée» par la communication du Synadis

jeu, 11/14/2019 - 12:29
A l’occasion des Assises de la bio organisées le 14 novembre, le président de la FCD (grande distribution), Benoît Soury, s’est déclaré «choqué» par la campagne de communication publiée hier par le Synadis, le syndicat des magasins spécialisés bio. Dans une vidéo, le Synadis pointe du doigt le manque d'«éthique» de «certains acteurs». Benoît Soury regrette «l’image qui est donnée de la bio», qui met en avant des divisions et se «félicite de pas être adhérent». Réagissant directement à ces remarques, Pierrick de Ronne, président de Biocoop, l’un des adhérents au Synadis, n’est «pas sûr que tout ce qui est dit dans le film soit complètement faux».
Source : agrapresse.fr

Bio : la grande distribution « choquée » par la communication du Synadis

jeu, 11/14/2019 - 12:29
A l’occasion des Assises de la bio organisées le 14 novembre, le président de la FCD (grande distribution), Benoît Soury, s’est déclaré «choqué» par la campagne de communication publiée hier par le Synadis, le syndicat des magasins spécialisés bio. Dans une vidéo, le Synadis pointe du doigt le manque d'«éthique» de «certains acteurs». Benoît Soury regrette «l’image qui est donnée de la bio», qui met en avant des divisions et se «félicite de pas être adhérent». Réagissant directement à ces remarques, Pierrick de Ronne, président de Biocoop, l’un des adhérents au Synadis, n’est «pas sûr que tout ce qui est dit dans le film soit complètement faux».
Source : agrapresse.fr

Retournements de prairies: fin des restrictions en Hauts-de-France

jeu, 11/14/2019 - 10:11
Dans un arrêté paru le 14 novembre, le ministre de l'Agriculture met fin aux restrictions concernant les retournements de prairies permanentes en Hauts-de-France. Pour rappel, dans le cadre du paiement vert, si le ratio annuel de prairies permanentes se dégrade dans une région de plus de 2,5% par rapport au ratio de référence, cette région passe en régime d’autorisation. Une autorisation préalable est alors imposée avant toute conversion de prairies permanentes. C'était le cas des régions Normandie et Hauts-de-France depuis un arrêté d'octobre 2017. La région Normandie était déjà sortie de ce régime il y a un an.
Source : agrapresse.fr

Maïs: un objectif de 10 000 exploitations certifiées HVE en 2025

jeu, 11/14/2019 - 09:18
L'AGPM (maïsiculteurs) a présenté, le 13 novembre en assemblée générale, son plan stratégique prévoyant entre autres 10 000 exploitations sous HVE (niveau 3 de la certification environnementale) en 2025. Ce plan s'articule autour de trois axes : les «pratiques durables» et la certification HVE, la compétitivité de la filière, la création de valeur ajoutée, a détaillé le président Daniel Peyraube. Il s'agit d'«emmener le plus de producteurs en HVE 3», d'après le secrétaire général Franck Laborde, avec un objectif en 2025 de 10 000 exploitations certifiées (sur un total de 100 000 en maïs d'après le ministère de l'Agriculture). Pour cela, l'AGPM attend notamment une évolution du cahier des charges, qu'elle juge «pas adapté au maïs».
Source : agrapresse.fr

Maïs : un objectif de 10 000 exploitations certifiées HVE en 2025

jeu, 11/14/2019 - 09:18
L'AGPM (maïsiculteurs) a présenté, le 13 novembre en assemblée générale, son plan stratégique prévoyant entre autres 10 000 exploitations sous HVE (niveau 3 de la certification environnementale) en 2025. Ce plan s'articule autour de trois axes : les «pratiques durables» et la certification HVE, la compétitivité de la filière, la création de valeur ajoutée, a détaillé le président Daniel Peyraube. Il s'agit d'«emmener le plus de producteurs en HVE 3», d'après le secrétaire général Franck Laborde, avec un objectif en 2025 de 10 000 exploitations certifiées (sur un total de 100 000 en maïs d'après le ministère de l'Agriculture). Pour cela, l'AGPM attend notamment une évolution du cahier des charges, qu'elle juge «pas adapté au maïs».
Source : agrapresse.fr

Viande bovine: l’Inao examinera le nouveau cahier des charges label rouge fin janvier

mer, 11/13/2019 - 19:28
Fin janvier 2020, le comité national de l’Inao (Institut national de l’origine et de la qualité) examinera le nouveau cahier des charges de la viande bovine label rouge, a appris Agra Presse le 13 novembre. Cette nouvelle version du socle commun aux labels rouges gros bovins fixera un minimum de 80% d’autonomie fourragère pour les exploitations, indique un communiqué. Elle proscrira également les OGM et l’huile de palme dans l’alimentation du bétail, ainsi que les traitements antibiotiques «durant les quatre derniers mois de vie des animaux». S’y ajoutent deux nouvelles mesures visant sur le bien-être animal: analgésie ou anesthésie en cas d’écornage ou de castration, ainsi que «l’intégration progressive de BoviWell» (outil d’évaluation du bien-être animal).
Source : agrapresse.fr

Intermarché lance le Franco-score, une jauge du made in France

mer, 11/13/2019 - 16:05
«Intermarché lance le Franco-score», annonce l’enseigne dans un communiqué de presse du 12 novembre. Sous la forme d’une jauge, ce nouvel étiquetage affiche le pourcentage d’ingrédients d’origine française contenu dans les produits agricoles bruts et transformés des filières. Il comprend également le lieu de transformation, indiqué sur une carte de France. Dans un premier temps, Intermarché va l’apposer sur les produits de deux de ses marques de distributeur (Pâturage et Monique Ranou). «Par notre initiative, nous lançons un mouvement - dont nous souhaitons qu’il devienne collégial et collectif, pour généraliser ce référentiel», souhaite le président d’Intermarché.
Source : agrapresse.fr

Les 3 propositions de la mission parlementaire de suivi de la sortie du glyphosate

mer, 11/13/2019 - 14:49
Présenté à la presse le 13 novembre, le rapport d'étape de la mission parlementaire d'information sur le suivi de la sortie du glyphosate met en avant trois propositions à destination des pouvoirs publics et des interprofessions. Deux concernent une meilleure information sur les usages du glyphosate, insuffisamment connus selon les parlementaires pour établir une étude d'impact complète: généralisation à toutes les filières des enquêtes sur les usages du glyphosate; centralisation nationale des registres phytosanitaires des agriculteurs. La troisième proposition est de préciser au plus tard en juin 2020 les situations qui pourront faire l'objet de dérogations après l'interdiction du produit prévue au 1er janvier 2021.
Source : agrapresse.fr

Le négoce de vin prend position contre le projet de taxation des vins aromatisés

mer, 11/13/2019 - 12:02
Michel Chapoutier, président de l’Union des maisons de vin (UMVin), qui représente le négoce, prend position contre le projet de l’Assemblée de taxer les vins aromatisés, discuté aujourd’hui au Sénat. Dans l’éditorial de la dernière lettre d’information de l’UMVin, publiée le 13 novembre, il déclare: «Par cette démarche, l'Assemblée ouvre la boîte de Pandore de la taxation de toutes les boissons alcoolisées. Au niveau de taxe proposé (3 €/décilitre d'alcool pur puis possiblement 11 €/dl d'alcool pur), «ces produits sont voués à disparaître et avec eux, la valeur créée par les entreprises françaises ainsi que leurs emplois». «La taxation des vins aromatisés est notre combat, définitivement», conclut-il.
Source : agrapresse.fr

Résultat morose pour les foires aux vins, grevé notamment par la loi Egalim

mar, 11/12/2019 - 19:11
À peine terminées, les foires aux vins d’automne affichent un chiffre d’affaires en baisse de 10% par rapport à la même période de 2018, a révélé le 12 novembre le cabinet d'étude Nielsen. Les champagnes sont les plus touchés, avec -34% de chiffre d’affaires. Nielsen y voit un effet direct de la loi Egalim, les ventes avec réduction de plus de 34% étant désormais interdites. Le recul de chiffre d’affaires des vins tranquilles, de 5,4%, s’explique quant à lui par les vins rouges, qui représentent 94 % des pertes. Bordeaux subit à la fois l’effet de la loi Egalim, de la très faible vendange de 2017 et de la désaffection pour les vins rouges, commente pour sa part le CIVB, l’interprofession du vin de Bordeaux.
Source : agrapresse.fr

Phytos: le ministère de l'Agriculture précise les objectifs liés aux CEPP pour 2020

mar, 11/12/2019 - 19:11
Un décret, paru le 9 novembre au Journal officiel, précise les objectifs fixés aux entreprises concernant les certificats d’économie de produits phytos (CEPP) pour 2020, alors qu'ils n'étaient connus jusqu'ici que pour l'année 2021. Pour rappel, le dispositif CEPP impose aux distributeurs la mise en place d’actions visant à la réalisation d'économies de phytos. Les entreprises concernées avaient déjà reçu une notification relative à leur obligation au titre de l’année 2021. Le gouvernement devait encore fixer le calcul pour l’an prochain. Selon le décret, l'obligation de réalisation d'actions pour 2020 est égale à 60% de l'obligation notifiée pour l'année 2021.
Source : agrapresse.fr

Résultat morose pour les foires aux vins d’automne, grevé notamment par la loi Egalim

mar, 11/12/2019 - 17:28
À peine terminées, les foires aux vins d’automne affichent un chiffre d’affaires en baisse de 10% par rapport à la même période de 2018, a révélé le 12 novembre le cabinet d'étude Nielsen. Les champagnes sont les plus touchés, avec -34% de chiffre d’affaires. Nielsen y voit un effet direct de la loi Egalim, les ventes avec réduction de plus de 34% étant désormais interdites. Le recul de chiffre d’affaires des vins tranquilles, de 5,4%, s’explique quant à lui par les vins rouges, qui représentent 94 % des pertes. Bordeaux subit à la fois l’effet de la loi Egalim, de la très faible vendange de 2017 et de la désaffection pour les vins rouges, commente pour sa part le CIVB, l’interprofession du vin de Bordeaux.
Source : agrapresse.fr

Les installations repartent à la baisse en 2018, plombées par les installés tardifs

mar, 11/12/2019 - 16:44
«En 2018, 13925 chefs d’exploitation se sont installés», révèle la Mutualité sociale agricole (MSA) dans un communiqué de presse du 12 novembre. Après un sursaut en 2017 (+1,2%), le nombre d’installations d’exploitations agricoles est donc reparti à la baisse: -2,8% en 2018. Ce recul traduit principalement la baisse du nombre d’installés tardifs (de plus de 40 ans et non éligibles au dispositif d’aides à l’installation). Les installations tardives ne résultant pas d’un transfert entre époux ont ainsi diminué de 5,3% par rapport à 2017. Les transferts entre époux reculent de 21,8%. À l’inverse, les installations de jeunes agriculteurs (moins de 40 ans) sont en très légère hausse (+0,5%).
Source : agrapresse.fr

Betterave sucrière: feu vert pour la reconnaissance des OP

mar, 11/12/2019 - 15:48
Attendu par plusieurs organisations de producteurs (OP) livrant Saint Louis Sucre, un décret, paru au Journal officiel le 10 novembre, fixe les conditions de reconnaissance des OP dans le secteur du sucre pour la betterave sucrière. Peuvent être reconnues en qualité d'OP «les organisations de producteurs qui justifient: d'un volume annuel minimal de production de 300 000 t à 16 degrés saccharimétriques commercialisées auprès d'une même usine productrice de sucre, calculé sur la base de la production des membres - les volumes supplémentaires peuvent être commercialisés au profit d'autres usines; d'un nombre minimal de 250 producteurs livrant leur production à une même usine productrice de sucre», selon le texte.
Source : agrapresse.fr

Betterave sucrière: un décret fixe les conditions de reconnaissance des OP

mar, 11/12/2019 - 15:48
Attendu par plusieurs organisations de producteurs (OP) livrant Saint Louis Sucre, un décret, paru au Journal officiel le 10 novembre, fixe les conditions de reconnaissance des OP dans le secteur du sucre pour la betterave sucrière. Peuvent être reconnues en qualité d'OP «les organisations de producteurs qui justifient: d'un volume annuel minimal de production de 300 000 t à 16 degrés saccharimétriques commercialisées auprès d'une même usine productrice de sucre, calculé sur la base de la production des membres - les volumes supplémentaires peuvent être commercialisés au profit d'autres usines; d'un nombre minimal de 250 producteurs livrant leur production à une même usine productrice de sucre», selon le texte.
Source : agrapresse.fr

Pages