agrapresse.fr
S'abonner à flux agrapresse.fr
LE QUOTIDIEN DE L'ÉCONOMIE AGRICOLE - PARIS - BRUXELLES
Mis à jour : il y a 15 min 48 sec

L'Acta veut faire circuler davantage les connaissances

jeu, 06/13/2019 - 18:40
L’axe qui ressort de la feuille de route de l’Acta pour 2019-2021, présentée à son assemblée générale le 13 juin, est la volonté de faire circuler davantage les connaissances dans et à l’extérieur des milieux agricoles. Un de ses six volets du plan porte sur l’accélération du transfert des connaissances et des innovations des instituts techniques agricoles (ITA). Première étape: la création d’une cellule de diffusion des connaissances sur la réduction des herbicides en grandes cultures et des fongicides en vigne et sur les moyens d’augmenter la production de protéines. Un autre volet est l’ouverture des ITA vers les filières et la société, notamment par un dialogue technique et prospectif entre les ITA et les élus.
Source : agrapresse.fr

Bovins: l'union Gènes Diffusion crée deux nouveaux organismes de sélection

jeu, 06/13/2019 - 17:41
Saisissant l’opportunité offerte par le nouveau règlement zootechnique européen (RZE), l'union Gènes Diffusion crée deux nouveaux organismes de sélection (OS) – l’un pour la race holstein, l’autre pour la race charolaise –, a annoncé l’entreprise de sélection lors d’une conférence de lancement le 12 juin. Les demandes d’agrément auprès du ministère de l’Agriculture ont été déposées en mars et en avril. Les agréments ne sont pas encore «tombés» (le délai de réponse est normalement de deux mois). Toutefois, au vu du règlement, une issue négative est hautement improbable, estime Stéphane Devillers responsable du service juridique d’Allice (fédération des entreprises de sélection et de reproduction animale).
Source : agrapresse.fr

Gènes diffusion crée deux nouveaux organismes de sélection

jeu, 06/13/2019 - 17:41
Saisissant l’opportunité offerte par le nouveau règlement zootechnique européen (RZE), Gènes diffusion crée deux nouveaux organismes de sélection (OS) – l’un pour la race holstein, l’autre pour la race charolaise –, a annoncé l’entreprise de sélection lors d’une conférence de lancement le 12 juin. Les demandes d’agrément auprès du ministère de l’Agriculture ont été déposées en mars et en avril. Les agréments ne sont pas encore «tombés» (le délai de réponse est normalement de deux mois). Toutefois, au vu du règlement, une issue négative est hautement improbable, estime Stéphane Devillers responsable du service juridique d’Allice (fédération des entreprises de sélection et de reproduction animale).
Source : agrapresse.fr

La FNSEA porte la lutte contre l’agribashing sur le terrain judiciaire

jeu, 06/13/2019 - 17:33
La FNSEA et les Jeunes agriculteurs «ont décidé de lancer immédiatement une action judiciaire contre toutes les associations qui publient des cartes stigmatisant des agricultrices et des agriculteurs en donnant nom, adresse et même numéro de téléphone», indiquent les syndicats dans un communiqué du 13 juin. Une décision entérinée par 150 élus des deux organisations, réunis le même jour en conseil fédéral. Dénonçant une «violente campagne de dénigrement des pratiques agricoles, initiée par des organisations environnementales ou animalistes», le syndicalisme majoritaire a «entrepris d’engager systématiquement toutes les actions judiciaires à [sa] disposition».
Source : agrapresse.fr

Stockage du CO2: les grandes cultures doivent être mises à contribution (Inra)

jeu, 06/13/2019 - 17:14
Selon de vastes travaux réalisés par l’Inra, les sols français occupés par des grandes cultures pourraient stocker 5,2‰ de CO2 en plus chaque année si certaines pratiques comme «l’agroforesterie intraparcellaire», «l’extension des cultures intermédiaires» et «l’allongement des prairies temporaires» étaient mises en place massivement. Selon les chercheurs, le développement de pratiques agricoles améliorant la capacité de stockage des sols permettrait, tous sols confondus, d’augmenter chaque année de 5,8 Mt (1,9‰) le CO2 stocké par les sols français. «C’est un effort essentiel, même si pas suffisant, pour atteindre les objectifs de neutralité carbone», indique Philippe Mauguin, le président de l’Inra. Cela aura toutefois «un coût pour l’agriculteur», précise l’organisme.
Source : agrapresse.fr

Pascal Cormery élu nouveau président de la CNMCCA

jeu, 06/13/2019 - 17:09
Le président de la Caisse centrale de la mutualité sociale agricole (CCMSA), Pascal Cormery, a été élu président de la Confédération nationale de la mutualité, de la coopération et du crédit agricoles (CNMCCA), a indiqué l'organisation dans un communiqué le 12 juin. Cette organisation représente les entreprises mutualistes et coopératives agricoles françaises au niveau national et européen. Sa présidence est alternativement exercée par Groupama, la Mutualité sociale agricole (MSA), Coop de France et le Crédit agricole pour une durée de deux ans chacun. Pascal Cormery succède à Jean-Yves Dagès, le président de Groupama, qui exerçait la fonction depuis 2017.
Source : agrapresse.fr

La santé et la retraite, préoccupations majeures des agriculteurs (étude)

mer, 06/12/2019 - 19:00
La protection santé et la préparation de la retraite sont les deux principales préoccupations des agriculteurs, pour les deux prochaines années, selon une étude conduite en janvier et présentée le 6 juin, par le groupe bancaire BPCE. Viennent ensuite la cession-transmission, les financements de la trésorerie et des investissements, puis la transition agroécologique. Pour l'économiste Alain Tourdjman, qui a supervisé cette étude conduite par l'institut BVA auprès d'un millier d'exploitations (moyennes et grandes), «le sujet de la retraite n'a pas l'air d'être abordé de façon sereine par les agriculteurs», et «la façon dont les agriculteurs se projetaient dans la retraite ces 20-30 dernières années n'a pas l'air de satisfaire ceux qui vont bientôt y prétendre».
Source : agrapresse.fr

Fusion Inra-Irstea: les syndicats veulent plus de moyens pour la recherche écologique

mer, 06/12/2019 - 18:59
Au lendemain d’une réunion plénière du Cneser (Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche) sur le projet de fusion Inra-Irstea, qui s’est tenue le 11 juin, les syndicats Sud-recherche, FO et CGT ont demandé lors d’un point presse des moyens pour la recherche agroécologique «qui soient à la hauteur des ambitions affichées». Ils estiment avoir reçu «deux messages négatifs » du gouvernement le 11 juin à propos leurs demandes prioritaires. Ces demandes sont une tutelle du ministre chargé de l’Environnement, s’ajoutant à celles des ministres de la Recherche et de l’Agriculture, et une transformation des financements sur contrats en une subvention du ministère de la Recherche.
Source : agrapresse.fr

Un vigneron indépendant sur deux est aujourd’hui certifié bio ou HVE

mer, 06/12/2019 - 17:50
Un vigneron indépendant sur deux est aujourd’hui certifié dans une démarche environnementale bio ou HVE (Haute valeur environnementale), a indiqué la Confédération nationale des vignerons indépendants le 11 juin, après une enquête réalisée auprès de son réseau d’adhérents. Un enjeu significatif, sachant que les vignerons indépendants représentent 55% de la production viticole française. Ainsi, 32,4% d’entre eux sont certifiés en agriculture biologique. De plus, 15,1% d’entre eux sont certifiés en HVE, et 3,6% «sont en passe d’obtenir la certification». En outre, «plus de la moitié des adhérents n’a eu recours à aucun désherbant en 2018».
Source : agrapresse.fr

Le Cese propose d'adapter le statut du fermage à l'agriculture urbaine

mer, 06/12/2019 - 17:04
Le Cese conseille d’intégrer dans la future réforme du droit foncier rural «une réflexion sur des dispositions spécifiques à l’agriculture urbaine dans le cadre du statut du fermage», dans un avis adopté le 12 juin. Si le cadre juridique du fermage, qui offre certaines garanties au locataire d’un terrain agricole (bail minimum de 9 ans), s’applique normalement à l’agriculture urbaine «dès lors que les conditions légales sont réunies», des arrêtés préfectoraux peuvent fixer par département «la superficie en deçà de laquelle ce statut ne s’applique pas», rappelle le Cese. Les projets d’agriculture urbaine, souvent concentrés sur de petites surfaces, peuvent alors se tourner vers des cadres juridiques «qui ne présentent pas les mêmes assurances.»
Source : agrapresse.fr

Crise du sucre : Tereos en perte de 242 M€ sur 2018-19

mer, 06/12/2019 - 14:44
Le groupe Tereos a annoncé le 12 juin une perte annuelle de 242 M€, qui s’ajoute à celles d’autres concurrents en pleine crise sucrière. Son résultat net 2018-19 tombe à -242 M€ (contre -23 M € l’an passé), plombé par un effondrement des cours notamment en Europe «au plus bas historique». Le chiffre d’affaires ressort en baisse de 334 M€ (à 4,4 Mrd€), avec une évolution parallèle de l’Ebitda en baisse 320 M€ (à 275 M€). «Quand on regarde les activités sucrières européennes, on est une des seules entreprises à être parvenue à garder un Ebitda très légèrement positif, y compris sur la fin de l'année, période la plus compliquée», a tenu à souligner le président du directoire Alexis Duval.
Source : agrapresse.fr

Lapins: lancement d'un nouveau mode de production au sol et en enclos

mer, 06/12/2019 - 13:05
Trois acteurs majeurs de la filière cunicole, l'industriel ALPM (Loeul et Piriot) et les groupements CPLB (Cavac) et Terrena ont annoncé, dans un communiqué le 6 juin, le lancement d'un nouveau mode de production de lapins, dont la commercialisation devrait démarrer au 1er janvier 2020. Ils seront élevés au sol sur caillebotis et en enclos (et non plus en cage) Le grand changement réside dans la surface disponible par lapin (800 cm2). Pour les éleveurs, le prix de vente des lapins est environ 15% plus élevé que le standard, explique Matthieu Loeul, directeur commercial chez ALPM. Dix éleveurs devraient être intégrés à cette filière d'ici janvier, pour un objectif de 4000 à 5000 lapins par semaine. ALPM abat environ 150 000 lapins par semaine, et représente 25% des parts de marché en GMS.
Source : agrapresse.fr

La santé et la retraite, premières préoccupations des agriculteurs (étude)

mer, 06/12/2019 - 12:14
La protection santé et la préparation de la retraite sont les deux principales préoccupations des agriculteurs, pour les deux prochaines années, selon une étude conduite en janvier et présentée le 6 juin, par le groupe bancaire BPCE. Viennent ensuite la cession-transmission, les financements de la trésorerie et des investissements, puis la transition agroécologique. Pour l'économiste Alain Tourdjman, qui a supervisé cette étude conduite par l'institut BVA auprès d'un millier d'exploitations (moyennes et grandes), «le sujet de la retraite n'a pas l'air d'être abordé de façon sereine par les agriculteurs», et «la façon dont les agriculteurs se projetaient dans la retraite ces 20-30 dernières années n'a pas l'air de satisfaire ceux qui vont bientôt y prétendre».
Source : agrapresse.fr

La production de colza en chute de 22% sur un an (ministère)

mar, 06/11/2019 - 15:28
Le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste) a publié le 11 juin ses premières estimations de récolte, montrant une chute du colza et une hausse de l’orge d’hiver. «En 2019, la production de colza d’hiver s’élèverait à 3,8 Mt contre 4,9 Mt en 2018 (-22,2% sur un an) et 5,2 Mt en moyenne entre 2014 et 2018 (-25,6%)», selon une note. Elle subit à la fois un recul des surfaces, à 1,3 Mha (-18,9% sur un an) et du rendement à 29,4 qx/ha, soit «le plus bas niveau depuis 2007». La récolte d’orge d’hiver atteindrait 8,5 Mt, en hausse de 4,6% sur un an, mais en baisse de 3,5% par rapport à 2014-18. Agreste l’explique «principalement par une hausse des surfaces sur un an (+48 000 ha, soit +3,7%).»
Source : agrapresse.fr

Espèces invasives: un projet d'arrêté dénoncé par les associations

mar, 06/11/2019 - 13:42
Plusieurs associations de protection de l'environnement, dont la Ligue de protection des oiseaux (LPO) et France nature environnement (FNE), ont vivement dénoncé, le 11 juin, un projet d'arrêté définissant les nouvelles règles encadrant le piégeage des espèces «susceptibles d'occasionner des dégâts» aux cultures. Ce texte, mis en consultation du 6 au 27 juin, fixe notamment la liste des espèces pouvant être piégées dans chaque département. Les ONG dénoncent le classement dans cette catégories de «certaines espèces menacées», comme le putois ou la belette. Elles demandent en outre à ce que soient retirées de la liste les espèces causant moins de «10 000 euros de dommages par an», en «application de la jurisprudence du Conseil d’Etat».
Source : agrapresse.fr

Miel: pétition de l'Unaf et la Conf' pour «mettre fin à l'opacité» de l'étiquetage

mar, 06/11/2019 - 11:11
Plusieurs organisations d'apiculteurs et de protection de l'environnement, dont l'Unaf et la Conf' ont lancé, le 11 juin, une pétition demandant au gouvernement «d'adopter un décret garantissant la pleine information pour les miels issus de mélange». Elles déplorent que «la réglementation n'oblige pas les négociants de miels à renseigner les consommateurs sur l'origine» de ces produits, alors que la France importe «80% des miels qu'elle consomme». Un meilleur étiquetage de l'origine du miel était prévu dans la loi Egalim, mais fut retoqué par le Conseil constitutionnel. Des mesures ont été intégrées en avril à une proposition de loi PS en cours d'examen.
Source : agrapresse.fr

Déforestation : Greenpeace accuse l'élevage européen dans un nouveau rapport

mar, 06/11/2019 - 10:58
Dans un rapport publié le 11 juin et largement relayé, Greenpeace dénonce l'impact de la consommation de viande des consommateurs européens sur la déforestation en Amérique latine, via l'importation de soja. «L'Union européenne fait entrer en moyenne chaque année sur son territoire 33 millions de tonnes de soja», dont «50% pour la volaille», «24% pour les porcs» et «16% pour les vaches laitières», déplore l'ONG. Si l'Amazonie brésilienne fait «l'objet d'un moratoire» permettant «d'endiguer la déforestation», d'autres régions sont menacées, comme le «grand Chaco, la plus grande forêt sèche d'Amérique latine», et le «Cerrado», une savane brésilienne qui aurait «perdu la moitié de sa végétation d'origine».
Source : agrapresse.fr

Montebourg annonce un projet de marque de glace bio équitable fabriquée à la ferme

lun, 06/10/2019 - 20:10
A l'occasion du LFday, évènement organisé le 7 juin par l'association de start-up agricoles Ferme digitale, l'ancien ministre de l'Economie Arnaud Montebourg, récemment reconverti dans le secteur agricole (amandes, miel), a annoncé qu'il portait un projet de marque nationale de glace bio équitable. «Nous sommes en train de lancer une marque de glace bio avec des investisseurs japonais. Nous allons payer 80 centimes le litre de lait», a-t-il déclaré. Son projet serait accompagné par un «glacier meilleur ouvrier de France» et porté par des «micro-usines chez les éleveurs». L'objectif est à terme de «remplacer Häagen-Dazs», a-t-il précisé en souriant.
Source : agrapresse.fr

Agenda de la semaine agricole du 10/06/2019

lun, 06/10/2019 - 13:06
Mardi 11 juin
Remise à F. de Rugy d'un rapport d’information sur l'adaptation de la France au changement climatique
Conférence de presse de l'entreprise Secobra sur les orges de brasserie

Mercredi 12 juin
Conférence du groupe BPCE (banque) sur le secteur agricole
Conférence de presse annuelle du groupe Tereos
Présentation d'un projet d'avis du Cese sur l'agriculture urbaine
Conférence de presse de Gènes diffusion (semences animales)
Présentation d'un rapport d'information sur les effets de la loi contre le gaspillage (Assemblée nationale)
Salon Expo Biogaz à Lille

Jeudi 13 juin
Conférence de presse d'Agro EDI Europe (numérique)
Conférence organisée par le Cese sur la restauration collective

Vendredi 14 juin
Assemblée générale de la Fédération nationale porcine (FNP)
Congrès du Fedev (industrie et commerce de la viande)
Source : agrapresse.fr

A. Montebourg annonce un projet de marque de glace bio équitable fabriquée à la ferme

ven, 06/07/2019 - 20:16
A l'occasion du LFday, évènement organisé le 7 juin par l'association de start-up agricoles Ferme digitale, l'ancien ministre de l'Economie Arnaud Montebourg, récemment reconverti dans le secteur agricole (amandes, miel), a annoncé qu'il portait un projet de marque nationale de glace bio équitable. «Nous sommes en train de lancer une marque de glace bio avec des investisseurs japonais. Nous allons payer 80 centimes le litre de lait», a-t-il déclaré. Son projet serait accompagné par un «glacier meilleur ouvrier de France» et porté par des «micro-usines chez les éleveurs». L'objectif est à terme de «remplacer Häagen-Dazs», a-t-il précisé en souriant.
Source : agrapresse.fr

Pages