agrapresse.fr
S'abonner à flux agrapresse.fr
LE QUOTIDIEN DE L'ÉCONOMIE AGRICOLE - PARIS - BRUXELLES
Mis à jour : il y a 41 min 31 sec

L'objectif de 50% d'oeufs français en alternatif devrait être atteint fin 2020

mar, 04/16/2019 - 15:45
L'objectif que s'était fixé, en 2016, l'interprofession de l’œuf (CNPO) de produire 50% des œufs français dans des modes d'élevage alternatifs (bio, plein air, sol) d'ici 2022 pourrait être atteint plus tôt que prévu, a annoncé le vice-président Loïc Coulombel, lors d'une conférence de presse le 16 avril. «Si nous continuons sur le même rythme, nous y serons fin 2020», a-t-il déclaré, avant d'alerter sur le «respect de l'équilibre entre offre et demande». En 2018, 42,2% des poules étaient élevées en alternatif (36,7% en 2017). Le plein air (hors Label Rouge) atteint 16,4% (15,7% en 2017), le Label rouge 5% (4,4%), le bio 12,9% (10,2%), et le sol 8% (6,4%). Côté consommation, les ventes (toutes catégories) progressent en grandes surfaces (+1,9% en volume ; +3,5% en valeur), portées par l'alternatif.
Source : agrapresse.fr

Fédération du négoce agricole: François Gibon nommé délégué général par intérim

mar, 04/16/2019 - 11:16
La FNA a annoncé le 16 avril la nomination comme délégué général par intérim de François Gibon, actuellement directeur du groupement régional Négoce agricole Centre-Atlantique. «En attente du recrutement d’un nouveau délégué général», François Gibon se voit confier la représentation institutionnelle des négociants, l’accompagnement juridique et technique des entreprises, selon un communiqué. Il devra aussi «gérer les dossiers d’actualité, dont la suppression des 3R (remises, rabais, ristournes, NDLR) et la séparation du conseil et de la vente» concernant les phytos, indique la FNA. François Gibon remplace Isabelle Guédra, en poste depuis le 19 novembre.
Source : agrapresse.fr

Restauration collective: un décret précise l'expérimentation de l'affichage renforcé

mar, 04/16/2019 - 11:15
Un décret d'application paru au Journal officiel le 16 avril précise les modalités selon lesquelles des collectivités territoriales peuvent, à titre expérimental, «rendre obligatoire l'affichage de la composition des menus dans les restaurants collectifs dont ils ont la charge». Prévue par la loi Egalim, cette expérimentation durera trois ans, sur la base du volontariat des collectivités. L'affichage doit à minima mentionner les catégories de produits intégrées aux objectifs d'approvisionnement fixés par la loi Egalim (Bio, AOP, IGP, Label rouge...). L'affichage peut aussi faire apparaître «le fournisseur des produits», «le lieu de production», «le mode de transformation des produits», «des informations nutritionnelles», et la mention «fait maison», ainsi que «toute autre information jugée utile».
Source : agrapresse.fr

Top départ pour l'expérimentation des abattoirs mobiles (JO)

mar, 04/16/2019 - 09:57
Un décret en Conseil d’État est paru le 16 avril au Journal officiel, dont la date de parution fixe le début de l'expérimentation des abattoirs mobiles, pour une durée de quatre ans. Prévue par la loi Egalim, cette expérimentation a pour objectif «d'identifier les éventuelles difficultés d'application de la réglementation européenne». Le décret précise les modalités de participation : un agrément de la préfecture est obligatoire, et le participant doit ensuite transmettre un dossier au préfet au plus tard 30 mois après la publication de ce décret. Ce dossier concerne le contrôle et l'évaluation de l'expérimentation.
Source : agrapresse.fr

Sécheresse: les rendements européens à la baisse en grandes cultures (Commission)

lun, 04/15/2019 - 19:06
Si les cultures d’hiver se portent bien dans la plupart des pays européens, la sécheresse affecte l’Espagne et le sud-est du Vieux Continent, a indiqué le 15 avril le service de prévisions de la Commission européenne. «Dans de grandes parties de l'Espagne et du sud-est de l'Europe, les déficits de précipitations persistants ont eu un impact négatif sur la croissance des cultures et les travaux», selon un bulletin Mars. Les prévisions de rendement sont revues à la baisse pour l’est de la Croatie, la Hongrie, la Roumanie, la Bulgarie et la Grèce. De même pour l’Espagne, où «les niveaux d'eau dans les réservoirs sont toujours en deçà de leur capacité, ce qui pourrait éventuellement limiter l'irrigation des cultures d'été».
Source : agrapresse.fr

UE/États-Unis: feu vert de l'UE à des négociations excluant en principe l'agriculture

lun, 04/15/2019 - 16:15
Les États membres de l’UE ont donné, le 15 avril, leur feu vert à l’ouverture de négociations commerciales avec les États-Unis sur les échanges de produits industriels, excluant les produits agricoles. Mais les États-Unis qui doivent encore adopter leur mandat de négociation espèrent, au contraire, que l’agriculture sera traitée. L’objectif est de désamorcer les tensions commerciales avec les États-Unis. Ces derniers menacent notamment l’UE de rétorsions frappant entre autre ses exportations agroalimentaires si elle ne met pas un terme à certaines subventions à Airbus. En réponse, la Commission européenne est en train de préparer des mesures d’un niveau équivalent, affectant certains produits agroalimentaires, pour répliquer aux subventions à Boeing.
Source : agrapresse.fr

Pac: les ministres de l'UE encore divisés sur le renforcement des mesures environnementales

lun, 04/15/2019 - 15:49
Réunis le 15 avril à Luxembourg, les ministres de l’agriculture de l’UE se sont, une nouvelle fois, montrés divisés sur le niveau d'ambition environnementale des propositions de la Commission européenne pour la future Pac. La nouvelle architecture verte «est la pierre angulaire de notre proposition», a prévenu en ouverture du débat le commissaire européen Phil Hogan. Même s’ils sont encore loin de faire l’unanimité, les éco-programmes du premier pilier sont soutenus par de plus en plus d’États membres. Par contre de nombreux ministres s’opposent à une partie des nouvelles exigences de la conditionnalité qu’ils considèrent comme trop contraignantes.
Source : agrapresse.fr

Coop de France Grand Est voit le jour

lun, 04/15/2019 - 13:49
Cinq fédérations de coopératives agricoles et viticoles du Grand Est (la FCVC, Coop de France Lorraine, Coop de France Alsace, la FRCA et l’URGPAL) ont fusionné le 12 avril pour donner naissance à Coop de France Grand Est, annoncent-elles. La nouvelle structure, qui compte 260 entreprises, 56 000 adhérents, plus de 11 250 salariés pour un chiffre d’affaires de 14,4 Mrd €, vise à «porter ensemble une politique forte et unitaire», selon un communiqué. Coop de France Grand Est, présidée par Sylvain Hinschberger (FRCA) et dirigée par Alexandrine Legras-Populus (FCVC), compte trois pôles (animal, viticole, végétal), eux-mêmes subdivisés en diverses sections.
Source : agrapresse.fr

Phytos : un décret renforce l’encadrement de la publicité (JO)

lun, 04/15/2019 - 10:40
Comme prévu par la loi Egalim, un décret publié le 14 avril au Journal officiel renforce l’encadrement de la publicité destinée aux utilisateurs professionnels de phytos «de façon à mettre en avant les dangers et les risques pour la santé et l'environnement». D’après le texte qui entre en vigueur le 1er septembre 2019, «la publicité consacre un espace délimité représentant au minimum 1/8e de sa surface totale à un avertissement» comportant la mention et le pictogramme de danger. A partir du 1er janvier 2020, «seule peut figurer en quatrième de couverture d'une publication, la publicité pour les produits de biocontrôle (…) ou les produits composés uniquement de substances de base ou les produits à faible risque».
Source : agrapresse.fr

Fruits et légumes frais: le gouvernement abroge la contractualisation obligatoire

lun, 04/15/2019 - 09:34
Dans un décret paru au Journal officiel le 13 avril, le Premier ministre et le ministre de l'Agriculture mettent fin à l'obligation de contractualisation dans la filière fruits et légumes frais. Cette obligation, instaurée en 2010, était sans effet puisque la contractualisation plafonne encore à 2-3% des volumes dans cette filière, indique-t-on au cabinet du ministre. D'autre part, dans le cadre des Etats généraux de l'alimentation, l'interprofession s'est engagée, dans son plan de filière, à développer la contractualisation, indique-t-on également. Dans le détail, le décret abroge donc «les dispositions du code rural et de la pêche maritime imposant un engagement contractuel écrit, formalisé et d'une durée minimale de trois ans, entre les producteurs de fruits et légumes et leurs acheteurs.»
Source : agrapresse.fr

Vin : vendange 2019 en baisse dans la plupart des pays de l’hémisphère Sud

ven, 04/12/2019 - 19:09
Les premiers éléments sur la vendange 2019 font apparaître une baisse de production de vin, à travers les récoltes de l’hémisphère Sud, a indiqué le 11 avril l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), organisation intergouvernementale basée à Paris. Dans la plupart des pays de l’hémisphère Sud, la production devrait reculer, sauf en Nouvelle-Zélande. L’Argentine, le Chili et le Brésil ont notamment concernés par le repli de la production. En Australie, les hautes températures enregistrées en été (austral) auraient compromis une partie de la récolte, tandis que l’Afrique du Sud serait fortement affectée par la sécheresse.
Source : agrapresse.fr

Lancement d’un produit de placement dans les vignes champenoises

ven, 04/12/2019 - 19:09
France Valley, opérateur privé de gestion d’actifs fonciers, a créé le 11 avril la Foncière France Valley Champagne, un produit de placement dans les vignes champenoises, a-t-elle indiqué. Le rôle de France Valley sera de trouver des particuliers motivés pour les placements dans la vigne, et de garantir au vigneron que l’activité viticole sera pérennisée par la signature d’un bail de 25 ans. Le jour de la création de France Valley Champagne, la Fédération des coopératives vinicoles de la Champagne (FCVC) s’est montrée intéressée pour encourager ces montages : l’achat de vignes par des particuliers via la société d’actifs fonciers permettra au vigneron de poursuivre son activité pendant au moins une génération.
Source : agrapresse.fr

Fusion ONCFS/AFB : le Sénat adopte le projet, mais s'inquiète de son financement

ven, 04/12/2019 - 15:47
Le Sénat a adopté, le 12 avril, à l'unanimité en séance publique le projet de fusion de l'ONCFS et de l'AFB, ajoutant toutefois le mot «chasse» au nom du futur «Office français de la biodiversité». Les parlementaires ont par ailleurs exprimé leur «vive inquiétude» quant au financement du futur établissement. Jean-Claude Luche, rapporteur de la commission du développement durable, a ainsi regretté que, pour 2020, l'agence soit confrontée à «40 millions d'euros de dépenses non couvertes», en raison notamment de la baisse du prix du permis de chasse, de 400 à 200 euros. Les sénateurs ont partagé leurs craintes que les «agences de l'eau» ne soient mobilisées pour couvrir ce déficit.
Source : agrapresse.fr

Biolait veut réduire la production de ses adhérents de 5 %

ven, 04/12/2019 - 15:41
Sur l’année 2019, Biolait, premier collecteur de lait bio en France, a décidé d’inciter ses producteurs à réduire de 5 % leur production, annonce Ludovic Billard, président de l’OPC (organisation de producteurs commerciale) interrogé par Agra Presse le 12 avril. «La croissance linéaire de la consommation va un peu moins vite que celle des conversions qui se fait par à-coups, argue-t-il. Nous risquons d’avoir des excédents au printemps». Et cette gestion l’offre permet que «le prix, et donc le revenu des éleveurs, ne dégringole pas trop». Dans la pratique, si les éleveurs produisent davantage que 95% de la moyenne des trois dernières années, alors les volumes supplémentaires ne seront payés que la moitié du prix d’acompte, soit 200 euros les 1000 litres pour 2019.
Source : agrapresse.fr

Appel à projets de l'État et de la fondation Avril pour revitaliser le Massif central

ven, 04/12/2019 - 11:54
L’État et la fondation Avril lancent un appel à projets commun de revitalisation rurale dans le Massif Central, annonce la fondation, dans un communiqué du 9 avril. Son objectif est de «favoriser l’émergence de projets locaux multi-acteurs». Les dotations de l'État et de la fondation sont de 150 000 € chacun. Six thématiques ont été retenues : la valorisation des productions locales; l’encouragement à la biodiversité et la limitation de l’impact climatique; l’animation du monde rural, l’inclusion sociale et l’insertion professionnelle; le renforcement de la différenciation «montagne»; la recherche sur les milieux ouverts herbacés ; l’adaptation des pratiques d’élevage herbager dans le contexte du changement climatique. La période de candidature est fixée du 9 avril au 28 juin 2019.
Source : agrapresse.fr

Agenda de la semaine agricole du 15/04/2019

ven, 04/12/2019 - 10:27
Mardi 16 avril
Rendu du jugement du procès Spanghero
Présentation du bilan 2018 des achats des ménages en produits laitiers (FranceAgrimer)
Conférence de presse de l'Iddri sur l'agriculture et le climat
Conférence de presse du CNPO (œuf)
Conférence de presse de Vin et société sur la transmission du goût

Mercredi 17 avril
Congrès de la Confédération paysanne à Tours
Sommet international des jeunes agriculteurs
Présentation du bilan 2018 des achats des ménages en produits carnés (FranceAgrimer)
Conférence de presse du Ser (énergies renouvelables) sur la PPE

Jeudi 18 avril
Le SNPar (presse agricole) organise une rencontre avec les porte-paroles des principaux partis candidats aux européennes
Conférence de presse de Coop de France Métiers du lait
Congrès de la Confédération paysanne à Tours
Source : agrapresse.fr

Données agricoles: Api-Agro et Applifarm signent «un accord stratégique»

jeu, 04/11/2019 - 17:55
Les plateformes d’échange et de partage des données Api-Agro et Applifarm ont annoncé avoir «signé un accord stratégique» visant à «privilégier leurs technologies respectives» pour la mise en œuvre de services «aux acteurs de l’écosystème agricole», dans un communiqué diffusé le 11 avril. L’application mobile de recueil du consentement des producteurs agricoles pour le partage de leurs données que commercialise Applifarm sera «totalement interconnectée à la plateforme Api-Agro», expliquent ainsi les deux entreprises. Api-Agro «permettra à Applifarm d’exposer ses offres de données issues des élevages sur sa plateforme» et pourra proposer ses services d’échanges de données aux clients d’Applifarm».
Source : agrapresse.fr

Ecophyto 2+: la méthode n'est pas «adaptée», selon la FNSEA

jeu, 04/11/2019 - 17:52
Réagissant à la présentation la veille de la méthode du plan Ecophyto 2+, la FNSEA estime que «la méthode n'est pas adaptée». En cause, le choix de «hausse des charges sur les exploitations agricoles, d'interdictions franco-françaises de substances et produits phytosanitaires et de publication de données stigmatisantes». Le syndicat majoritaire propose «de prendre en compte la dimension économique, avec une valorisation par le prix de nos produits répondant aux exigences françaises, d'accompagner financièrement nos exploitations et de réaliser des études d'impact complètes sur les alternatives».
Source : agrapresse.fr

Victoire de Paul François contre Monsanto après 12 ans de procédure

jeu, 04/11/2019 - 16:17
La cour d'appel de Lyon a reconnu, dans une décision du 11 avril, la responsabilité de Monsanto dans la maladie de l'agriculteur charentais Paul François, reconnu comme intoxiqué en 2004 suite à l'inhalation d'un herbicide vendu par la firme. Les juges ont retenu la responsabilité sur la base du régime des produits défectueux, suivant ainsi l'arrêt de la Cour de cassation de 2017. Celle-ci avait cassé un premier jugement en cours d'appel, estimant que le motif juridique retenu n'était pas valable. Monsanto a désormais deux mois pour se pourvoir de nouveau en cassation. Le montant de l'indemnisation doit être déterminé par le tribunal de grande instance de Lyon dans les prochains mois. L'agriculteur demande 1 millions d'euros de dommages intérêts à la firme.
Source : agrapresse.fr

Porc: la hausse des cours inquiète les salaisonniers et frustre les producteurs

jeu, 04/11/2019 - 16:07
La brutale remontée des cours du porc en Europe depuis cinq semaines inquiète les salaisonniers français de la Fict, et frustre les producteurs de la FNP. Dans un communiqué, le 11 avril, les producteurs remarquent que le cours du porc a progressé moins vite en France qu'en Allemagne sur cette période. La FNP demande donc que «les abatteurs français réévaluent leurs positions d'achat à la hausse». De leurs côté les salaisonniers s'inquiètent dans un communiqué d'avoir bouclé leurs négociations commerciales 2019 «sur la base de prix de découpes de porc historiquement bas ». Des indicateurs d’évolution des cours des pièces de découpe doivent paraitre en mai 2019, mais «ce délai est beaucoup trop long» pour de nouvelles renégociations, craint la Fict.
Source : agrapresse.fr

Pages