Agrégateur de flux

Le Sénat déplafonne l'usage d’éthanol de résidus agro-industriels

agrapresse.fr - mar, 12/11/2018 - 19:39
Le gouvernement a déplafonne l'usage d’éthanol de résidus de sucreries et d’amidonneries, dans un amendement qu’il a déposé le 10 décembre au Sénat. Cet éthanol de seconde génération sera hors plafond d’incorporation de 7% dans l’essence, plafond est réservé à l’éthanol de première génération. L’amendement du gouvernement a été novateur par cette reconnaissance de l’éthanol de résidus comme étant de seconde génération, mais il en a limité à 0,2 % le taux d’incorporation pour 2019. Dès lors, le Sénat a rejeté cet amendement, estimant que si le principe de cette ouverture est un bon signal, le taux proposé par le gouvernement est trop faible pour accompagner la dynamique de croissance de l’éthanol.
Source : agrapresse.fr

Le gouvernement déplafonne au Sénat l'usage d’éthanol de résidus agro-industriels

agrapresse.fr - mar, 12/11/2018 - 19:28
Le gouvernement a déplafonne l'usage d’éthanol de résidus de sucreries et d’amidonneries, dans un amendement qu’il a déposé le 10 décembre au Sénat. Cet éthanol de seconde génération sera hors plafond d’incorporation de 7% dans l’essence, plafond est réservé à l’éthanol de première génération. L’amendement du gouvernement a été novateur par cette reconnaissance de l’éthanol de résidus comme étant de seconde génération, mais il en a limité à 0,2 % le taux d’incorporation pour 2019. Dès lors, le Sénat a rejeté cet amendement, estimant que si le principe de cette ouverture est un bon signal, le taux proposé par le gouvernement est trop faible pour accompagner la dynamique de croissance de l’éthanol.
Source : agrapresse.fr

Des surfaces en berne pour le colza et le blé dur (ministère de l’Agriculture)

agrapresse.fr - mar, 12/11/2018 - 19:10
Les semis d’hiver montrent une baisse marquée de la sole de colza et de blé dur, partiellement compensée par le blé tendre et l’orge en hausse, a indiqué le 11 décembre le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste). «Les surfaces de blé dur seraient en fort recul à 308 000 ha (-11,1 % sur un an, -8,4 % par rapport à 2014-18)», retrouvant le bas niveau de 2015, selon une note. En cause, la très mauvaise récolte de 2018 dans le sud et des prix bas, selon Agreste. «La sole de colza d’hiver baisserait de 23,6% sur un an et de 18,8% par rapport à la moyenne 2014-18 pour s'établir à 1,228 M ha», au plus bas depuis 2005. Agreste pointe la sécheresse qui a touché les régions productrices, empêchant les semis ou gênant les levées.
Source : agrapresse.fr

Sortie moins abrupte que prévu pour les sortants des ZDS (ministère)

agrapresse.fr - mar, 12/11/2018 - 18:57
Dans un communiqué de presse du 11 décembre, le ministère de l’Agriculture déclare qu’il engage la procédure d’adoption définitive de la nouvelle carte des zones défavorisées simples (ZDS). Et la sortie sera loin brutale qu’initialement prévu. «La France […] retiendra pour les agriculteurs sortant du zonage le montant d’indemnité le plus élevé possible, soit 80% de la nouvelle référence en 2019, et 40% de cette référence en 2020», indique Didier Guillaume, au lieu d'un taux de 20% initialement annoncé pour 2020. Autre assurance pour les nouveaux installés: «Les jeunes agriculteurs déjà installés dans les communes sortantes conserveront le bénéfice de la majoration de la Dotation jeune agriculteur (DJA) qui leur a été attribuée», assure le ministère.
Source : agrapresse.fr

Betterave : la CGB prône une contractualisation «plus réactive» au marché

agrapresse.fr - mar, 12/11/2018 - 17:54
La CGB (betteraviers) a demandé le 11 décembre une contractualisation «plus réactive» au marché, qui s'appuierait sur la création d’organisations de producteurs. «Nous voulons être les champions du monde de la réactivité au marché», a lancé le président Eric Lainé, prônant des indicateurs pour bâtir des contrats «plus justes». Aujourd’hui, certains contrats ne définissent ni prix, ni règle de partage de la valeur entre planteur et fabricant, selon la CGB. Les commissions de répartition de la valeur constituent un cadre «totalement inopérant» quand le sucrier veut imposer ses conditions. D’où une demande aux pouvoirs publics de pouvoir créer des organisations de producteurs, qui redonneraient à ceux-ci du pouvoir de négociation.
Source : agrapresse.fr

Les besoins de l’industrie de la pomme de terre restent soutenus

agrapresse.fr - mar, 12/11/2018 - 12:28
Les besoins de l’industrie française de la pomme de terre restent soutenus, malgré le recours aux importations de produits finis, a montré le Groupement interprofessionnel pour la valorisation de la pomme de terre (GIPT) à son assemblée générale le 10 décembre. La production de frites, chips, pommes de terre déshydratées est passée de 558 000 tonnes en 2011/12 à 590 000 en 2016/17, mais cela n’empêche pas le déficit commercial de se creuser en valeur : 331 M€ en 2016/17, puis 342 M€ en 2017/18. Quant aux usines de fécule, elles absorbent de plus en plus de pomme de terre (197 000 tonnes en 2014/15, puis 233 000 tonnes en 2017/18), et pourtant les importations de fécule sont passées de 24 000 tonnes en 2014 à 27 000 en 2017.
Source : agrapresse.fr

Michel Prugue ne briguera pas un second mandat à la tête de Coop de France

agrapresse.fr - mar, 12/11/2018 - 12:12
En amont du congrès de Coop de France le 20 décembre qui verra se renouveler son conseil d'administration, l'actuel président Michel Prugue a annoncé, lors d'une conférence de presse le 11 décembre, qu'il ne briguera pas un second mandat de trois ans à la présidence de la fédération. «C'est une activité très prenante, assez difficile à concilier avec la présidence d'un groupe», a expliqué celui qui est par ailleurs président du groupe coopératif Maïsadour. Michel Prugue a rappelé les chantiers entamés par son équipe: l'intégration des fédérations de filières (ex. la FNCL devenue Coop de France Metiers du lait), la régionalisation du réseau (intégration au conseil d'administration et au bureau) et l'amélioration de la visibilité du monde coopératif.
Source : agrapresse.fr

Michel Prugues ne briguera pas un second mandat à la tête de Coop de France

agrapresse.fr - mar, 12/11/2018 - 12:12
En amont du congrès de Coop de France le 20 décembre qui verra se renouveler son conseil d'administration, l'actuel président Michel Prugue a annoncé, lors d'une conférence de presse le 11 décembre, qu'il ne briguera pas un second mandat de trois ans à la présidence de la fédération. «C'est une activité très prenante, assez difficile à concilier avec la présidence d'un groupe», a expliqué celui qui est par ailleurs président du groupe coopératif Maïsadour. Michel Prugues a rappelé les chantiers entamés par son équipe: l'intégration des fédérations de filières (ex. la FNCL devenue Coop de France Metiers du lait), la régionalisation du réseau (intégration au conseil d'administration et au bureau) et l'amélioration de la visibilité du monde coopératif.
Source : agrapresse.fr

Euralis replonge dans le rouge avec un résultat net de -26 M€

agrapresse.fr - lun, 12/10/2018 - 18:35
Le groupe coopératif Euralis a présenté le 10 décembre un exercice déficitaire, affecté par la grippe aviaire et un recul de marques de distributeurs. Sur 2017-18, le résultat net chute à -26 M€ (contre +1,7 M€ en 2016-17 et -6 M€ en 2015-16), «impacté par le plan de transformation du pôle alimentaire», selon un communiqué. «Euralis conforte la croissance rentable de ses activités stratégiques», indique toutefois le groupe: leur chiffre d’affaires est à +3,5 %, soutenu par le pôle semences (ventes en hausse de 9%) qui gagne du terrain en Ukraine et Russie, et les marques alimentaires Stalaven (+3 %) et Qualité Traiteur (+2 %). L’ebitda, «supérieur à l’objectif», atteint 51 M€.
Source : agrapresse.fr

Cristal Union : des options sur le marché à terme du sucre pour les coopérateurs

agrapresse.fr - lun, 12/10/2018 - 15:31
Le groupe coopératif Cristal Union va proposer «dès la prochaine campagne» à ses adhérents des options sur le marché à terme du sucre, a-t-il annoncé le 10 décembre. Il agit de «pouvoir accéder aux options sur le marché à terme du sucre, à un coût limité par la mutualisation des transactions (…) effectuées pour Cristal Union, ses partenaires et ses clients et demain ses coopérateurs», d’après un communiqué. Ce nouveau service répond à «la nécessaire adaptation du groupe à la nouvelle donne économique sur les marchés mondiaux», considère le président Olivier de Bohan, cité dans le document.
Source : agrapresse.fr

Le ministère de l'Agriculture cherche à mieux mesurer le revenu des agriculteurs

agrapresse.fr - lun, 12/10/2018 - 14:35
Le centre d'études et de prospective (CEP) du ministère de l'Agriculture cherche à mieux mesurer le revenu des agriculteurs. Il a lancé cet été un «appel à projets de recherche sur le revenu des agriculteurs», dont les trois lauréats ont été présentés début décembre sur le site du ministère. Les résultats de leurs recherches seront présentés début 2020. La première étude s'intitule Agr'Income et portera sur l'«hétérogénéité, (les) déterminants et (les) trajectoires du revenu des agriculteurs français». Parmi les questions posées aux chercheurs : «Quelle(s) définition(s) du revenu des agriculteurs et de sa volatilité permet(tent)-elle(s) de suivre de façon pertinente l'évolution de leur niveau de vie et de la comparer à celle des autres actifs?»
Source : agrapresse.fr

Erratum: le relèvement du SRP ne s'appliquera qu'à partir du 1er février

agrapresse.fr - lun, 12/10/2018 - 12:29
Le ministère de l'Agriculture a annoncé, par communiqué le 7 décembre, que le seuil de revente à perte (SRP) sera relevé à compter du 1er février 2019, et non du 1er janvier, comme indiqué par erreur dans l'AgraFil du 10 décembre. L'application de cette mesure est donc retardée, puisqu'elle était jusqu'ici annoncée pour le 1er janvier par le ministère de l'Agriculture.
Source : agrapresse.fr

Tereos : les trois exclus espèrent être réintégrés d'ici au 20 décembre

agrapresse.fr - lun, 12/10/2018 - 11:41
Les frondeurs de Tereos, qui contestent la stratégie et la gouvernance du groupe sucrier, espèrent que la direction va réintégrer trois d’entre eux avant le 20 décembre pour «donner un signe fort d'apaisement» et stopper une procédure judiciaire. «Une réintégration, d'ici le 20 décembre, des trois planteurs exclus permettrait d'arrêter l'action en justice en cours et donnerait un signe fort d'apaisement de la part de Tereos», selon un communiqué de l'Association de défense des coopérateurs de Tereos, dont les trois exclus font partie. Ils s'estiment confortés par le résultat des élections régionales au sein du groupe, qui ont eu lieu les 3, 4 et 5 décembre. «Les 79 postes à pourvoir ont tous été remportés par les candidats soutenus par les 7 membres du conseil de surveillance qui ont démissionné en juillet», indique le communiqué
Source : agrapresse.fr

Pommes de terre : avec 5 000 hectares de plus, la production a reculé de près de 10%

agrapresse.fr - ven, 12/07/2018 - 18:43
Malgré une superficie de culture de pommes de terre en hausse de 5 000 hectares en France cette année, la production a reculé de 9,6%, à 5,85 millions de tonnes, contre 6, 47 millions l’an dernier, a indiqué l’Union nationale des producteurs (UNPT) le 7 décembre. Les surfaces en pommes de terre avaient de nouveau augmenté de 3,6 % par rapport à l’année dernière, après une hausse de 5,1% il y a un an. La production a fortement baissé en Picardie (-10,6%), dans le Nord Pas de Calais (-11,6%), en Alsace (-19,9%) et surtout en Haute Normandie (-25,9%). Ces chiffres concernent la pomme de terre dite de conservation, c'est-à-dire la pomme de terre fraîche et pomme de terre industrielle, sauf la pomme de terre de fécule.
Source : agrapresse.fr

Gilets jaunes: baisse de «plus de 50%» de l'activité chez de nombreux marchés de gros

agrapresse.fr - ven, 12/07/2018 - 17:52
«Les Marchés de gros de France subissent une diminution de plus de 50% de leur activité pour une majorité d’entre eux» depuis le début des manifestations des Gilets jaunes, indique dans un communiqué le 7 septembre la Fédération des marchés de gros de France (FMGF). Elle relève également «une baisse du chiffre d’affaires des opérateurs et des producteurs estimée à 30%» et «une augmentation du gaspillage alimentaire et des déchets de l’ordre de 20%», notamment en raison d’un approvisionnement «de plus en plus difficile et dégradé». Si elle dit se «réjouir» de l’annulation de la hausse de la taxe carbone, la FGMF demande au gouvernement «que toutes les mesures nécessaires soient prises» pour «rétablir la libre circulation» afin «d’exercer […] en toute sérénité».
Source : agrapresse.fr

Ordonnances SRP et promos: le gouvernement promet une présentation le 12 décembre

agrapresse.fr - ven, 12/07/2018 - 17:28
Les ordonnances concernant le seuil de revente à perte (SRP) et les promotions seront présentées lors du conseil des ministres du 12 décembre, annoncent les ministères de l’Économie et de l'Agriculture dans un communiqué le 7 décembre. Leur parution prévue lors du précédent conseil des ministres le 5 décembre avait été annulée, en raison du mouvement des Gilets jaunes. Le gouvernement confirme que le relèvement du SRP doit s'appliquer le 1er janvier, tout comme l'encadrement des promotions en valeur. Concernant l'encadrement en volume, il se fera bien à partir du 1er mars, et «couvrira l'ensemble des contrats en cours de négociation depuis le 1er décembre 2018».
Source : agrapresse.fr

Agenda de la semaine agricole du 10/12/2018

agrapresse.fr - ven, 12/07/2018 - 17:20
Mobilisation de la FNSEA et des JA durant toute la semaine

Lundi 10 décembre
Assemblée générale du GIPT (pommes de terre)

Mardi 11 décembre
Vote du PLF 2019 au Sénat en première lecture
Conférence de presse de Coop de France
Audition de Didier Guillaume à l'Assemblée nationale (enseignement)
Audition de J-B Lemoyne à l'Assemblée nationale (accords commerciaux)
Forum international de la robotique agricole à Toulouse
Assemblée générale du Consortium biocontrôle

Mercredi 12 décembre
Conseil des ministres, présentation attendue des ordonnances SRP et promos
Conseil spécialisé céréales FranceAgrimer
Colloque annuel de l'Anses sur la santé des abeilles
Proposition de résolution en faveur de la création de PSE (Sénat)

Jeudi 13 décembre
Rapport de l'OPECST sur l'expertise des risques sanitaires et environnementaux
Colloque Farm sur la contractualisation dans les agricultures africaines

Vendredi 14 décembre
Salon Vinibio à Paris
Source : agrapresse.fr

Pac: le paiement « additionnel » aux jeunes agriculteurs fixé à 88,15 euros pour 2018

agrapresse.fr - ven, 12/07/2018 - 16:49
Pour la campagne 2018, le paiement «additionnel» aux jeunes agriculteurs est finalement fixé à 88,15 euros par droit à paiement de base (DPB) activé, selon un arrêté paru au Journal officiel le 7 décembre. Il était jusqu'ici fixé à 65,20 euros pour la campagne 2018. Le montant dépend du nombre de demandes. II est payé en complément des DPB, dans la limite de 34 hectare par exploitation comportant un jeune agriculteur. Il s'agit d'un dispositif mis en œuvre depuis 2014, pour une enveloppe de 70 millions d'euros par an en France.
Source : agrapresse.fr

Loup : le seuil de viabilité «en phase d'être atteint» en France (ONCFS)

agrapresse.fr - ven, 12/07/2018 - 16:21
L'effectif de loups en France devrait dépasser les 500 individus cet hiver, ce qui correspond à «un premier seuil» pour assurer une viabilité à long terme pour l'espèce, a annoncé l'Office nationale de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) le 6 décembre. Selon l'établissement, «l'expansion démographique se poursuit» avec près de 72 meutes décomptées, contre 57 l'an passé. Cette évolution pourrait conduire le gouvernement à «réexaminer le dispositif de gestion» de la population, dans la mesure où il s'était fixé comme objectif d'atteindre le cap des 500 loups pour 2023. L’ONCFS indique en tout cas qu'il «travaille d’ores et déjà pour être en mesure de nourrir les réflexions» sur cette question.
Source : agrapresse.fr

La Conf' s’associe à la « Marche pour le Climat » ce samedi

agrapresse.fr - ven, 12/07/2018 - 11:51
La Confédération paysanne (Conf') «s’associe à la Marche pour le Climat» organisée ce samedi 8 novembre à Paris entre les places de la Nation et de la République, a indiqué le syndicat dans un communiqué le 7 décembre, estimant que «les paysans sont les premières victimes du dérèglement climatique». «La Cop 24 qui s’est ouverte dimanche en Pologne se tient dans une terrible indifférence», constate le syndicat qui estime par ailleurs que «les effets dévastateurs de la folie de l’industrialisation, en particulier celle de l’agriculture, ne sont plus à démontrer». «Nous exigeons des États qu’ils respectent les Accords de Paris», insiste l’organisation qui demande de «transformer les politiques publiques pour répondre à cette urgence climatique».
Source : agrapresse.fr

Pages