Agrégateur de flux

Grains : naissance d’une association de certification des organismes stockeurs

agrapresse.fr - jeu, 07/29/2021 - 12:06
L’association CSA-GTP (Charte de sécurité alimentaire - Good trading practice) est lancée, ont annoncé le 29 juillet La Coopération agricole Métiers du grain, la Fédération du négoce agricole et le Synacomex (commerce extérieur des céréales), copropriétaires de ce schéma de certification des bonnes pratiques chez les organismes stockeurs. Objectif à moyen terme : « renforcer, développer et promouvoir » la démarche CSA-GTP pour les activités de collecte, stockage, transport et commercialisation des grains, selon un communiqué commun. La CSA-GTP revendique plus de 430 opérateurs français certifiés.
Source : agrapresse.fr

Définition française de l'agriculteur actif: la piste de la retraite à taux plein

agrapresse.fr - mer, 07/28/2021 - 16:49
A l'occasion de la concertation organisée au printemps sur la déclinaison française de la future Pac, les services de la DGPE (ministère de l'Agriculture) ont présenté des travaux portant sur la future définition française de l'agriculteur actif (ou véritable), qui déterminera le droit de bénéficier ou non des aides Pac à partir de 2023, rapportent des sources syndicales. La DGPE travaillerait sur deux nouveaux critères. D'abord la retraite: la définition exclurait les personnes pouvant bénéficier de la retraite à taux plein, condition atteinte actuellement à 67 ans. Et ensuite les cotisations: elle exclurait les personnes non inscrites à l'assurance agricole contre les accidents du travail (Atexa). Cette définition n'a pas encore été arbitrée par le ministre de l'Agriculture.
Source : agrapresse.fr

ZNT: «plus de 500» pesticides supplémentaires concernés par les 20 mètres (FNSEA)

agrapresse.fr - mer, 07/28/2021 - 09:44
La récente demande du Conseil d’État de faire appliquer les distances maximales de 20 mètres de non-traitement (ZNT) aux molécules suspectées d’être cancérigènes, mutagènes, ou reprotoxiques (CMR 2) «pourrait concerner plus de 500 produits», selon Christian Durlin, vice-président de la commission environnement de la FNSEA, interrogé par Agra presse le 27 juillet. «Il pourrait y avoir des conséquences sérieuses sur certaines cultures», s’alarme le représentant syndical, précisant que seule une cinquantaine de produits étaient visés par les précédentes dispositions sur les CMR de catégorie 1.
Source : agrapresse.fr

Varenne de l'eau: le «plan stratégique» proposé par le groupe Gestion des risques

agrapresse.fr - mar, 07/27/2021 - 17:25
Dans le cadre du Varenne de l'eau et du changement climatique, le député LREM Frédéric Descrozaille, président du premier des trois groupes de travail, celui dédié à la gestion des risques, a remis son rapport, le 27 juillet, au ministre de l'Agriculture Julien Denormandie. Présenté sous la forme d'un «plan stratégique sur 7 ans», il propose une montée en charge du soutien public à la gestion des risques agricoles, pour le faire passer de 280 M€/an actuellement, à 600-700 M€/an, explique-t-il à Agra presse. L'objectif est d'atteindre un taux de pénétration de l'assurance multi-risques climatiques (MRC) de 60% des surfaces en viticulture et grandes cultures, et de 30% en arboriculture et prairies. Pour ce faire, il propose les quatre mesures suivantes: d'abord une baisse et et un alignement à 25% du seuil d'intervention et de la franchise de l'assurance MRC subventionnée (création d'une franchise de 20% pour la prairie). Ensuite, une hausse du taux de subvention de la MRC à 70% (contre 60% en moyenne aujourd'hui), suivie d'une baisse dans le cas des grandes cultures et de la viticulture. Il propose également la réintégration des grandes cultures et de la viticulture dans le régime d'indemnisation des pertes exceptionnelles par l'Etat (calamités agricoles), avec des seuils d'interventions respectifs de 50 et 60%. Ce taux seuil reste fixé à 30% en arboriculture et prairies, puis porté à 50% en 2024. Enfin, le taux d'indemnisation de ces pertes exceptionnelles sera porté à 100%, et dans le cas des non-assurés, il sera ensuite diminué et supprimé à terme. En attendant cette suppression, les deux régimes, d'assurance subventionnée MRC et d'indemnisations publiques pour pertes exceptionnelles (calamités agricoles), seraient opérés par les assureurs dans un «guichet unique».
Source : agrapresse.fr

Phytos: le Conseil d’État annule la réglementation ZNT et demande son renforcement

agrapresse.fr - lun, 07/26/2021 - 18:05
Par un avis rendu le 26 juillet dont Agra presse s'est procuré une copie, le Conseil d’État a décidé de l'annulation de l'arrêté de 2019 fixant les distances à respecter avec les riverains pour les épandages de produits phytosanitaires, aussi appelées Zones de non-traitement (ZNT). Le motif invoqué est que le texte ne prévoit pas de disposition pour les personnes «travaillant» à proximité des épandages, mais protège seulement les résidents. Les « sages » donnent six mois au gouvernement pour revoir sa copie. Dans cette nouvelle version, le Conseil d’État demande au passage une révision des distances, afin que la protection maximale de 20m prévue par défaut pour les substances CMR (cancérogène, mutagène, reprotoxique) «avérées» ou «présumées» soit appliquée aux substances CMR «suspectées». Par ailleurs, le Conseil annule une grande partie du décret de 2019 encadrant les chartes de riverains, sans demander de réaction réglementaire au gouvernement sur ce point. L'extension des ZNT à des zones de travail (champs agricoles, zones artisanales...) et l'application de la distance de 20m à des produits CMR2 pourraient élargir significativement les surfaces concernées par ces mesures, selon les ONG requérantes. Dans une affaire connexe, le même jour, le Conseil d’État a annulé une partie de l'arrêté fixant les distances à respecter pour l'expérimentation de l'épandage par drone, instauré par la loi Egalim ; de la même façon, le Conseil d’État souhaite des précisions concernant la protection des personnes «travaillant» à proximité.
Source : agrapresse.fr

Phytos: le Conseil d'Etat annule les ZNT de 2019

agrapresse.fr - lun, 07/26/2021 - 18:05
Par un avis rendu le 26 juillet dont Agra presse s'est procuré une copie, le Conseil d'Etat a décidé de l'annulation de l'arrêté de 2019 fixant les distances à respecter avec les riverains pour les épandages de produits phytosanitaires, aussi appelées Zones de non-traitement (ZNT). Le motif invoqué est que le texte ne prévoit pas de disposition pour les personnes «travaillant» à proximité des épandages, mais seulement pour les résidents. Le Conseil d'Etat donne six mois au gouvernement pour revoir sa copie. Pour ce faire, le Conseil d'Etat demande également une révision des distances, afin que la protection maximale de 20m prévue par défaut pour les substances CMR (cancérogène, mutagène, reprotoxique) «avérées» ou «présumées» soit appliquée aux substances CMR «suspectées». Le Conseil annule par ailleurs une grande partie du décret de 2019 encadrant les chartes de riverains, sans demander de réaction réglementaire au gouvernement sur ce point.
Source : agrapresse.fr

Biosourcé: l'équipementier Faurecia crée une division de R&D avec projet d’usine

agrapresse.fr - ven, 07/23/2021 - 18:21
Faurecia, équipementier français de l’industrie automobile, crée une division de R&D avec un projet d’usine pilote, pour développer les technologies et la production de matériaux biosourcés, a-t-il annoncé le 22 juillet. La localisation du site n’est pas encore décidée, mais ce pôle d’excellence sera «en Europe et idéalement en France», a précisé Pierre Demortain, directeur général d’APM, une société mixte entre Faurecia et la coopérative Franc-Comtoise Interval, diversifiée dans le chanvre depuis 25 ans. Les matières premières travaillées pourront être le chanvre, le lin, le miscanthus, et toute source de fibre comme le kénaff, l’ananas ou le jute. «Déjà 6 millions de véhicules roulent avec nos technologies de fibre injectée à 20% dans du plastique».
Source : agrapresse.fr

Photovoltaïque : avis négatif du Conseil de l’énergie sur la révision des contrats

agrapresse.fr - ven, 07/23/2021 - 16:08
Le Conseil supérieur de l’énergie (CSE) a rejeté à une large majorité les projets de textes d’application destinés à encadrer la révision des contrats, a indiqué le Syndicat des énergies renouvelables (Ser) le 23 juillet. Cette révision va dans le sens d’une baisse de certains tarifs d’électricité photovoltaïque rachetée par l’État. À 13 voix contre 2, le CSE s’est opposé, le 22 juillet, à un décret et à un arrêté destinés à définir les modalités de révision de contrats pour les installations de plus de 250 kilowatt-crête mises en place avant 2011. Le CSE est un organisme consultatif qui rassemble des représentants de collectivités locales, salariés, consommateurs et d’associations de protection de l’environnement.
Source : agrapresse.fr

Climat: Paris veut changer la clé de répartition de l’effort entre Etats européens

agrapresse.fr - ven, 07/23/2021 - 14:42
«Nous considérons que la règle de répartition se doit d’évoluer au regard de la réalité économique», a indiqué l’Élysée lors d’un échange avec la presse concernant le nouveau paquet climat de la Commission européenne le 23 juillet. Actuellement, l’objectif de réduction de 30 % des émissions entre 2005 et 2030 dans les secteurs non concernés par les quotas d’émission est réparti entre États membres selon le PIB, en application des conclusions de 2014 du Conseil européen. L'entourage d'Emmanuel Macron souhaiterait voir également pris en compte les efforts de réductions déjà mis en œuvre.
Source : agrapresse.fr

Loi Etiquetage : l’application n’est toujours pas effective (rapport parlementaire)

agrapresse.fr - mer, 07/21/2021 - 18:47
«Le constat n’est pas celui que nous espérions», a regretté la députée LREM Barbara Bessot-Ballot, devant la commission des affaires économiques le 21 juillet pour de la présentation du rapport d’information sur l’application de la loi Étiquetage dont elle est rapporteure avec Anne-Laure Blin (LR). En effet, un an après la promulgation de la loi, aucun des décrets nécessaires à son application n’a été publié. Pire un défaut de notification dans les délais impartis à la Commission européenne suivi d’un imbroglio entre le gouvernement et le Conseil constitutionnel nécessitent de repasser par une nouvelle loi pour rendre effective l’étiquetage de l’origine du miel, de la gelée royale et du cacao, de la bière ainsi que des viandes et du vin en restauration.
Source : agrapresse.fr

Champagne: rendement tirable réhaussé pour 2021 face au rebond des ventes

agrapresse.fr - mer, 07/21/2021 - 18:44
Compte tenu des bons résultats des expéditions du champagne au premier semestre et des perspectives positives à moyen terme, le bureau exécutif du Comité Champagne (interprofession) a établi le rendement tirable de la filière à 10 000 kg de raisin à l’hectare, a-t-il indiqué le 21 juillet. Pour la vendange 2020, il avait été fixé au niveau exceptionnellement bas de 8 400 kg, pour tenir compte de la mévente du champagne et du risque de surplus. Il remonte, mais reste toutefois inférieur aux niveaux habituels. Le rendement tirable était fixé à 10 200 kg pour 2019 et à 10 800 pour les trois années précédentes. Actuellement, la croissance est tirée sur le marché français «avec la levée des mesures sanitaires», et à l’export «par l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Australie».
Source : agrapresse.fr

Chanvre : le projet d’arrêté autorisant la récolte des fleurs transmis à Bruxelles

agrapresse.fr - mer, 07/21/2021 - 12:33
La France vient de transmettre à la Commission européenne son projet d’arrêté tant attendu par la filière du chanvre, autorisant la récolte des fleurs et feuilles et ne la réservant donc plus uniquement aux fibres et aux graines, ont indiqué plusieurs sources professionnelles le 21 juillet. «Seuls des agriculteurs actifs au sens de la réglementation européenne et nationale en vigueur» pourront cultiver des fleurs et des feuilles de chanvre, spécifie le texte, qu'a pu consulter Agra Presse. Leur utilisation n’est prévue que pour la production industrielle d’extraits de chanvre, donc pas sous forme de fleurs ou de feuilles brutes. Cette restriction «priverait la filière du chanvre de perspectives de développement exponentielles», selon l’Union des professionnels du CBD.
Source : agrapresse.fr

Fin du broyage des poussins: en France, deux pistes pour répercuter les coûts

agrapresse.fr - lun, 07/19/2021 - 21:53
Des réflexions sont en cours au sein de l'interprofession de l'oeuf (CNPO) pour compenser le surcoût (+1 à 4ct sur une boite de six oeufs) induit par l'interdiction du broyage des poussins, dont le ministre de l'Agriculture a annoncé, la veille, qu'elle devra être opérationnelle courant 2022. Deux options sont sur la table. La première est la création d'un fonds interprofessionnel assis sur une cotisation volontaire étendue (CVE). «Nous en sommes au tout début des discussions», confie le président du CNPO Philippe Juven. La seconde est celle d'une contractualisation qui mobiliserait les nouveaux outils mis en place par la future loi Egalim 2. Mais elle s'appliquera difficilement sur le marché très concurrentiel des ovoproduits, craint l'éleveur.
Source : agrapresse.fr

Fin du broyage des poussins: deux pistes sur la table pour répercuter les coûts

agrapresse.fr - lun, 07/19/2021 - 12:50
Des réflexions sont en cours au sein de l'interprofession de l'oeuf (CNPO) pour compenser le surcoût (+1 à 4ct sur une boite de six oeufs) induit par l'interdiction du broyage des poussins, dont le ministre de l'Agriculture a annoncé, la veille, qu'elle devra être opérationnelle courant 2022. Deux options sont sur la table. La première est la création d'un fonds interprofessionnel assis sur une cotisation volontaire étendue (CVE). «Nous en sommes au tout début des discussions», confie le président du CNPO Philippe Juven. La seconde est celle d'une contractualisation qui mobiliserait les nouveaux outils mis en place par la future loi Egalim 2. Mais elle s'appliquera difficilement sur le marché très concurrentiel des ovoproduits, craint l'éleveur.
Source : agrapresse.fr

Agenda de la semaine agricole du 19 juillet

agrapresse.fr - jeu, 07/15/2021 - 16:09
Lundi 19 juillet
Conseil des ministres de l'Agriculture à Bruxelles. Au menu : programme de la présidence slovène, agriculture biologique, bien-être animal, commerce international, échange avec le secrétaire américain à l'Agriculture Tom Vilsack, abeilles
Le Sénat poursuit l'examen du projet de loi 4D (aménagement du territoire)

Mardi 20 juillet
La BPCE présente la 2e édition de son Observatoire de l'agriculture
Les députés discutent de la version du projet de loi Climat issue de la CMP
Les députés de la mission sur les négociations climatiques internationales auditionnent le directeur du Fonds vert pour le climat

Mercredi 21 juillet
Présentation à l'Assemblée d'un rapport d'information sur la prolifération des plantes invasives
Présentation à l'Assemblée d'un rapport sur la production laitière (hors AOP) en zone de montagne
Présentation à l'Assemblée d'un rapport sur l’application de la loi sur l’Étiquetage des produits agricoles et alimentaires
Communication à l'Assemblée du député Aubert (LR) en tant que rapporteur spécial sur les contrats photovoltaïques
Présentation de l’avis des députés de la commission des affaires étrangères sur le projet de contrat d’objectifs et de moyens 2020-2022 de l’Agence française de développement
Source : agrapresse.fr

Déclinaison française de la future Pac: Julien Denormandie précise sa copie

agrapresse.fr - mar, 07/13/2021 - 20:47
Après avoir présenté fin mai ses orientations générales pour le Plan stratégique national (PSN), la déclinaison française de la future Pac, Julien Denormandie en a présenté ce 13 juillet une version plus détaillée à l'occasion d'un conseil supérieur d'orientation (CSO). Il a tout d'abord annoncé les montants unitaires des écorégimes: 54 euros par hectare pour leur niveau de base, et 76 euros pour le niveau supérieur, rapportait son cabinet en fin de journée. Julien Denormandie a apporté des précisions concernant la nouvelle certification environnementale de niveau 2+ (CE2+) qui permettra d'accéder au niveau de base des écorégimes par la voie de la certification ; pour obtenir cette CE2+, il faudra répondre aux exigences de la CE2, ainsi qu'à un parmi cinq critères proposés. Parmi ces critères, quatre permettent actuellement l'accès à la voie A de la HVE (niveau 3 de la CE) et un supplémentaire a été créé pour l'occasion, intitulé "sobriété", qui porte sur l'usage de matériels d'agriculture de précision et le recyclage des déchets. Le ministre a par ailleurs confirmé le lancement d'un chantier de révision de la HVE, qui doit aboutir avant la mise en œuvre de la prochaine Pac, et qui aura des conséquences en ricochet sur le contenu de la CE2+. Enfin toujours concernant les écorégimes, le ministre a précisé la nature du bonus (ou top-up) cumulable avec les voies Certification et Pratiques ; ce bonus sera accessible à partir de 6% de haies présentes sur les terres arables, et sera doté d'une enveloppe de 40M€ par an. Son montant unitaire n'a pas été précisé.
Source : agrapresse.fr

... une première version complète attendue d'ici la fin du mois

agrapresse.fr - mar, 07/13/2021 - 20:47
Lors de ce conseil d'orientation, Julien Denormandie a également apporté des précisions concernant les futures mesures agroenvironnementales (MAEC) et les aides bovines. Selon son cabinet, «tous les agriculteurs qui disposent actuellement d'une MAEC bénéficieront d'une nouvelle dans la prochaine Pac», à l'exception, précise-t-il, de ceux d'entre eux qui bénéficient d'un dispositif actuellement «souscrit par moins de trois personnes». Il a par ailleurs confirmé la création de MAEC portant sur le bien-être animal, les pollinisateurs, et le zones intermédiaires. Un autre volet d'annonces a porté sur les aides bovines. Le cabinet confirme le choix de recourir à la 4e méthode présentée aux parties prenantes, mêlant le type racial et le genre (sexe et âge). Et il a annoncé les montants unitaires des primes allouées à l'UGB : 104 euros de base pour les bovins allaitants et 57 euros pour les non-allaitants. Le calendrier d'application des programmes opérationnels - ouverts à de nouvelles filières dans la future Pac - a aussi été précisé ; ils seront mis en œuvre à partir de 2024, au moins pour la filière protéagineux - l'horticulture et l'élevage ont été aussi cités comme intéressées. Une première version de l'ensemble du PSN doit être soumise à une autorité environnementale d'ici la fin du mois, puis à consultation publique, en vue d'un envoi à la Commission européenne avant le 31 décembre.
Source : agrapresse.fr

PSN: Julien Denormandie apporte des précisions sur les Maec et les aides bovines

agrapresse.fr - mar, 07/13/2021 - 19:36
Lors de ce conseil d'orientation, Julien Denormandie a également apporté des précisions concernant les futures mesures agroenvironnementales (MAEC) et les aides bovines. Selon son cabinet, «tous les agriculteurs qui disposent actuellement d'une MAEC bénéficieront d'une nouvelle dans la prochaine Pac», à l'exception, précise-t-il, de ceux d'entre eux qui bénéficient d'un dispositif actuellement «souscrit par moins de trois personnes». Il a par ailleurs confirmé la création de MAEC portant sur le bien-être animal, les pollinisateurs, et le zones intermédiaires. Un autre volet d'annonces a porté sur les aides bovines. Le cabinet confirme le choix de recourir à la 4e méthode présentée aux parties prenantes, mêlant le type racial et le genre (sexe et âge). Et il a annoncé les montants unitaires des primes allouées à l'UGB : 104 euros de base pour les bovins allaitants et 57 euros pour les non-allaitants. Le calendrier d'application des programmes opérationnels - ouverts à de nouvelles filières dans la future Pac - a aussi été précisé ; ils seront mis en œuvre à partir de 2024, au moins pour la filière protéagineux - l'horticulture et l'élevage ont été aussi cités comme intéressées. Une première version de l'ensemble du PSN doit être soumise à une autorité environnementale d'ici la fin du mois, puis à consultation publique, en vue d'un envoi à la Commission européenne avant le 31 décembre.
Source : agrapresse.fr

Ecorégimes: les derniers détails présentés par Julien Denormandie

agrapresse.fr - mar, 07/13/2021 - 19:24
Après avoir présenté fin mai ses orientations générales pour le Plan stratégique national (PSN), la déclinaison française de la future Pac, Julien Denormandie en a présenté ce 13 juillet une version plus détaillée à l'occasion d'un conseil supérieur d'orientation (CSO). Il a tout d'abord annoncé les montants unitaires des écorégimes: 54 euros par hectare pour leur niveau de base, et 76 euros pour le niveau supérieur, rapportait son cabinet en fin de journée. Julien Denormandie a apporté des précisions concernant la nouvelle certification environnementale de niveau 2+ (CE2+) qui permettra d'accéder au niveau de base des écorégimes par la voie de la certification ; pour obtenir cette CE2+, il faudra répondre aux exigences de la CE2, ainsi qu'à un parmi cinq critères proposés. Parmi ces critères, quatre permettent actuellement l'accès à la voie A de la HVE (niveau 3 de la CE) et un supplémentaire a été créé pour l'occasion, intitulé "sobriété", qui porte sur l'usage de matériels d'agriculture de précision et le recyclage des déchets. Le ministre a par ailleurs confirmé le lancement d'un chantier de révision de la HVE, qui doit aboutir avant la mise en œuvre de la prochaine Pac, et qui aura des conséquences en ricochet sur le contenu de la CE2+. Enfin toujours concernant les écorégimes, le ministre a précisé la nature du bonus (ou top-up) cumulable avec les voies Certification et Pratiques ; ce bonus sera accessible à partir de 6% de haies présentes sur les terres arables, et sera doté d'une enveloppe de 40M€ par an. Son montant unitaire n'a pas été précisé.
Source : agrapresse.fr

Loi Climat: la CMP aboutit à une version proche de l'Assemblée pour l'agriculture

agrapresse.fr - mar, 07/13/2021 - 14:46
Dans la nuit du 12 au 13 juillet, députés et sénateurs ont trouvé un accord sur la loi Climat à l’issue d’une réunion de neuf heures de la commission mixte paritaire (CMP), indiquent le gouvernement et les parlementaires. «Les mesures transformatives ont été restaurées dans leur version la plus ambitieuse», se félicite l’entourage de Barbara Pompili, citant l’exemple du menu végétarien qui deviendra bien une obligation hebdomadaire dans les écoles. Alors que la version finalisée du texte n’a pas encore été diffusée par les services de l’Assemblée, le ministère de la Transition écologique indique également que les sénateurs ont accepté de revenir vers la première version du dispositif de lutte contre l’artificialisation.
Source : agrapresse.fr

Pages