agrapresse.fr
S'abonner à flux agrapresse.fr
LE QUOTIDIEN DE L'ÉCONOMIE AGRICOLE - PARIS - BRUXELLES
Mis à jour : il y a 52 min 33 sec

A ce jour une seule exploitation infectée par le ToBRFV (ministère de l’Agriculture)

jeu, 03/19/2020 - 16:58
Le ministère de l’Agriculture dément l’information de Légumes de France comme quoi cinq exploitations bretonnes seraient contaminées par le Tomato brown rugose fruit virus (ToBRFV). «Le chiffre, c’est bien celui-là: deux serres dans une exploitation ont été contaminées», assure le ministère. La DGAL a expliqué que trois autres exploitations avaient particulièrement retenu l’attention des autorités de surveillance de par des liens de proximité avec l’exploitation concernée Mais les analyses de prélèvements menées par l’Anses et les enquêtes épidémiologiques se sont révélées négatives. Une information corroborée depuis par le vice-président de l’AOPn tomates de France Bruno Vila.
Source : agrapresse.fr

Stratégie «de la fourche à la fourchette»: la publication reportée à la fin avril

jeu, 03/19/2020 - 15:10
A cause - là encore - de l'épidémie de coronavirus, la publication de la stratégie «de la fourche à la fourchette», initialement prévue pour fin mars, a été repoussée au 29 avril. La consultation inter-services du texte au sein de la Commission européenne vient de s'achever. Et sa consultation publique vient également d'être fermée. La Commission européenne va maintenant étudier l'ensemble des contributions qu'elle a reçues avant de finaliser ses propositions concernant notamment les objectifs de réduction des produits phytosanitaires ou des surfaces consacrées à l'agriculture biologique à atteindre. Autre report annoncé par Bruxelles: celui de la stratégie de l'UE en matière de biodiversité pour 2030, qui voit également sa publication repoussée au 29 avril.
Source : agrapresse.fr

Porc: le commerce désorganisé, la France résiste mieux que l'Allemagne (MPB)

jeu, 03/19/2020 - 14:44
A l'issue de ses deux cotations de la semaine, le Marché du porc breton (MPB) accuse le 9 mars une baisse de 1,7 centime d'euro le kilo, pour atteindre 1,552 euro le kilo (base 56 TMP). «Beaucoup d'incertitude plane sur le marché porcin. Le commerce est totalement désorganisé», constate le marché de référence. «Le commerce européen subit de plein fouet cette épidémie du coronavirus avec des réductions d'activité et des annulations de commandes», note encore le MPB. L'Allemagne est particulièrement touchée avec «une nouvelle baisse de 7 cents de la référence allemande», après des chutes «jusqu'à 9 cents pour certains abattoirs» la semaine dernière. Moins dépendant de l'export que ses concurrents européens, le marché français est habituellement moins réactif, à la hausse comme à la baisse.
Source : agrapresse.fr

Porc: commerce «totalement désorganisé», la France résiste mieux que l'Allemagne (MPB)

jeu, 03/19/2020 - 14:44
A l'issue de ses deux cotations de la semaine, le Marché du porc breton (MPB) accuse le 9 mars une baisse de 1,7 centime d'euro le kilo, pour atteindre 1,552 euro le kilo (base 56 TMP). «Beaucoup d'incertitude plane sur le marché porcin. Le commerce est totalement désorganisé», constate le marché de référence. «Le commerce européen subit de plein fouet cette épidémie du coronavirus avec des réductions d'activité et des annulations de commandes», note encore le MPB. L'Allemagne est particulièrement touchée avec «une nouvelle baisse de 7 cents de la référence allemande», après des chutes «jusqu'à 9 cents pour certains abattoirs» la semaine dernière. Moins dépendant de l'export que ses concurrents européens, le marché français est habituellement moins réactif, à la hausse comme à la baisse.
Source : agrapresse.fr

ToBRFV: cinq exploitations touchées, une cotisation exceptionnelle de 2‰ du CA

jeu, 03/19/2020 - 10:31
Le président de Légumes de France Jacques Rouchaussé a confirmé, le 19 mars, que cinq exploitations ont été contaminées par le Tomato brown rugose fruit virus (ToBRFV). «Elles sont toutes situées en Bretagne. Le dernier cas a été identifié comme tel durant le Salon de l’agriculture dans la semaine 8, c’est-à-dire du 18 au 22 février» a-t-il déclaré à Agra Presse. Il a également indiqué que la cotisation exceptionnelle dont devront s’acquitter les producteurs de tomates, piments/poivrons et aubergines sera de «2‰ (deux pour mille) du chiffre d’affaires». Cette contribution «obligatoire pour tous les producteurs» sera levée par l’interprofession des fruits et légumes frais (Interfel) et alimentera un fonds d’indemnisation géré par le FMSE pour venir en aide aux producteurs touchés par le ToBRFV.
Source : agrapresse.fr

Coronavirus: le machiniste Claas ferme temporairement ses usines françaises

jeu, 03/19/2020 - 10:19
Face à la pandémie de coronavirus, le leader de l’agroéquipement Class met ses usines à l’arrêt tout en maintenant le service aux clients, a-t-il annoncé le 18 mars. Les sites Claas Tractor (Le Mans) et Usines Claas France (Woippy) ferment temporairement leurs portes «jusqu’au 27 mars», selon un communiqué. Cette décision est motivée par des questions de sécurité des salariés et «les ruptures réelles et annoncées d’approvisionnement de fournisseurs», explique le groupe. Les équipes commerciales restent mobilisées pour la continuité d’activité du réseau et des clients: elles réceptionnent et expédient des pièces tous les jours, d’après le communiqué. «Le service atelier, le service pièces et les livraisons, dans la mesure du possible, seront assurés par nos concessionnaires», ajoute Claas.
Source : agrapresse.fr

Coronavirus: les achats d'aliments du bétail bondissent, la logistique se tend

mer, 03/18/2020 - 21:55
Ces derniers jours, les fabricants d'alimentation animale font face à une «forte hausse de la demande» de la part des éleveurs, indique François Cholat, président du Snia (industriels), à Agra Presse le 18 mars. Une augmentation d'environ 30% qui concerne toutes les espèces, selon lui. «Nous avions anticipé en rechargeant nos usines en matières premières», précise M. Cholat. D'après le Snia, cette hausse n'est pas appelée à durer, en raison de la mise à l'herbe des bovins, qui a commencé, mais aussi car «les capacités de réception de nos clients ne sont pas extensibles». Même si, «globalement, il n'y a pas de gros problème d'approvisionnement», les mesures sanitaires liées au coronavirus provoquent des difficultés logistiques (disponibilité des chauffeurs, surcoût du transport). Même constant du président de l'association de l'Association des industries alimentaires (Ania) Richard Girardot, qui a prévenu: «En temps de guerre, sans logistique une armée n'est rien.» «J'appelle à trouver des solutions rapidement pour sécuriser le transport des marchandises, c'est-à-dire le travail en particulier des chauffeurs, métiers déjà en forte tension», déclare-t-il dans un communiqué. S'il n'y a «pas d'alerte spécifique sur l'absentéisme», qui oscille autour de 5% selon Alexis Degouy, délégué général de l'Union TLF (Transport et logistique de France), il y a bien «quelques dysfonctionnements» dans la chaîne logistique, rapporte-t-il à l'AFP.
Source : agrapresse.fr

La FNSEA demande des «assouplissements» pour ne pas manquer de main-d'oeuvre

mer, 03/18/2020 - 20:06
«Les employeurs agricoles manquent de bras», alerte la FNSEA dans un communiqué le 18 mars. Le syndicat appelle l'Etat à «pallier la hausse sensible de l'absentéisme» provoquée par le confinement en réponse à l'épidémie de coronavirus, mais aussi par la fermeture de certaines frontières intra-européennes. Parmi les «assouplissements temporaires» demandés par la FNSEA, certains visent à permettre aux salariés déjà présents de travailler plus («adaptations en matière de durée du travail», défiscalisation des heures supplémentaires). D'autres visent à faciliter l'embauche de salariés temporaires (facilitation des CDD, de l'intérim, de la mise à disposition de salariés entre entreprises, recours à des salariés en chômage partiel et à des étudiants agricoles).
Source : agrapresse.fr

Intrusions dans les élevages: DXE-France (Red Pill) condamné en appel

mer, 03/18/2020 - 20:05
L’Association DXE-France, désormais appelée Red Pill a été condamnée, le 17 mars par la Cour d’Appel de Rennes, à verser un euro «à titre de provision sur la réparation de son préjudice, (…) et 3 000 euros pour frais irrépétibles (frais de justice NDLR)» à l’éleveur de porcs Frédéric Le Huidoux (Plaintel, Côtes d’Armor). Les professionnels considèrent cette décision comme une première victoire à même de freiner les intrusions dans les élevages. Le 21 mai 2019, trois militants de DXE-France accompagnés d’un député de la France Insoumise s’étaient introduits dans cet élevage fournisseur de porcs pour la gamme de charcuterie «J’aime» de Fleury-Michon pour y capter photos et vidéos, par la suite postées sur Internet.
Source : agrapresse.fr

Intrusions dans les élevages : DXE-France (Red Pill) condamné en appel

mer, 03/18/2020 - 20:05
L’Association DXE-France, désormais appelée Red Pill a été condamnée, le 17 mars par la Cour d’Appel de Rennes, à verser un euro «à titre de provision sur la réparation de son préjudice, (…) et 3 000 euros pour frais irrépétibles (frais de justice NDLR)» à l’éleveur de porcs Frédéric Le Huidoux (Plaintel, Côtes d’Armor). Les professionnels considèrent cette décision comme une première victoire à même de freiner les intrusions dans les élevages. Le 21 mai 2019, trois militants de DXE-France accompagnés d’un député de la France Insoumise s’étaient introduits dans cet élevage fournisseur de porcs pour la gamme de charcuterie «J’aime» de Fleury-Michon pour y capter photos et vidéos, par la suite postées sur Internet.
Source : agrapresse.fr

Les marchés de plein vent fermeront en cas de sur-fréquentation (Olivier Véran)

mer, 03/18/2020 - 19:08
Dans une interview accordée à la chaîne d’information LCI, le 18 mars, le ministre de la santé Olivier Véran a assuré que les marchés alimentaires ont vocation à rester ouverts, sauf si les conditions de fréquentation ne permettent pas de garantir la santé des personnes face au coronavirus. Ainsi, les marchés «où l’on voit des foules» et «avec beaucoup d’étals» seront fermés sur autorité des préfets, a indiqué le ministre. Les marchés de produits non-alimentaires devront également baisser le rideau durant la période de confinement. «À mesure qu’on constate qu’il y a des rassemblements de personnes en trop grand nombre, qu’il y a des contacts rapprochés des gens dans la rue, quelques soient les motifs, nous sommes amenés à prendre des décisions», a dit Olivier Véran.
Source : agrapresse.fr

Interfel veut recruter la main d’œuvre manquante chez les pépiniéristes et jardineries

mer, 03/18/2020 - 15:57
Interrogé par Agra presse le 18 mars, le président de l'interprofession des fruits et légumes (Interfel) Laurent Grandin assure que ces productions ne rencontrent pas encore de gros problèmes de main-d’œuvre pour les récoltes et travaux des champs mais que cela ne saurait tarder avec l’installation du printemps. «On commence à avoir un certain nombre de problèmes puisque les frontières du Maroc sont fermées et un certain nombre de pays ont rapatrié leurs populations : Polonais, Roumains, etc… ». Pour remédier à ce problème, Interfel a proposé au ministère de l’Agriculture de faire appel au personnel des jardineries et pépiniéristes en situation de chômage technique dû au coronavirus. L’idée serait de «faire une proposition de travail à ces gens, quand le problème n’est pas la garde d’enfants».
Source : agrapresse.fr

Coronavirus: la logistique se tend, les achats d'aliments du bétail bondissent

mer, 03/18/2020 - 15:51
Ces derniers jours, les fabricants d'alimentation animale font face à une «forte hausse de la demande» de la part des éleveurs, indique François Cholat, président du Snia (industriels), à Agra Presse le 18 mars. Une augmentation d'environ 30% qui concerne toutes les espèces, selon lui. «Nous avions anticipé en rechargeant nos usines en matières premières», précise M. Cholat. D'après le Snia, cette hausse n'est pas appelée à durer, en raison de la mise à l'herbe des bovins, qui a commencé, mais aussi car «les capacités de réception de nos clients ne sont pas extensibles». Même si, «globalement, il n'y a pas de gros problème d'approvisionnement», les mesures sanitaires liées au coronavirus provoquent des difficultés logistiques (disponibilité des chauffeurs, surcoût du transport). Même constant du président de l'association de l'Association des industries alimentaires (Ania) Richard Girardot, qui a prévenu: «En temps de guerre, sans logistique une armée n'est rien.» «J'appelle à trouver des solutions rapidement pour sécuriser le transport des marchandises, c'est-à-dire le travail en particulier des chauffeurs, métiers déjà en forte tension», déclare-t-il dans un communiqué. S'il n'y a «pas d'alerte spécifique sur l'absentéisme», qui oscille autour de 5% selon Alexis Degouy, délégué général de l'Union TLF (Transport et logistique de France), il y a bien «quelques dysfonctionnements» dans la chaîne logistique, rapporte-t-il à l'AFP.
Source : agrapresse.fr

Coronavirus: les achats d'aliments du bétail bondissent (Snia)

mer, 03/18/2020 - 15:51
Ces derniers jours, les fabricants d'alimentation animale font face à une «forte hausse de la demande» de la part des éleveurs, indique François Cholat, président du Snia (industriels), à Agra Presse le 18 mars. Une augmentation d'environ 30% qui concerne toutes les espèces, selon lui. «Nous avions anticipé en rechargeant nos usines en matières premières», précise M. Cholat. D'après le Snia, cette hausse n'est pas appelée à durer, en raison de la mise à l'herbe des bovins, qui a commencé, mais aussi car «les capacités de réception de nos clients ne sont pas extensibles». Même si, «globalement, il n'y a pas de gros problème d'approvisionnement», les mesures sanitaires liées au coronavirus provoquent des difficultés logistiques (disponibilité des chauffeurs, surcoût du transport). Des annonces du gouvernement sont attendues à ce sujet aujourd'hui, d'après un communiqué de plusieurs ministères.
Source : agrapresse.fr

Coronavirus: les achats d'aliments du bétail bondissent de 30% ces derniers jours (Snia)

mer, 03/18/2020 - 15:51
Ces derniers jours, les fabricants d'alimentation animale font face à une «forte hausse de la demande» de la part des éleveurs, indique François Cholat, président du Snia (industriels), à Agra Presse le 18 mars. Une augmentation d'environ 30% qui concerne toutes les espèces, selon lui. «Nous avions anticipé en rechargeant nos usines en matières premières», précise M. Cholat. D'après le Snia, cette hausse n'est pas appelée à durer, en raison de la mise à l'herbe des bovins, qui a commencé, mais aussi car «les capacités de réception de nos clients ne sont pas extensibles». Même si, «globalement, il n'y a pas de gros problème d'approvisionnement», les mesures sanitaires liées au coronavirus provoquent des difficultés logistiques (disponibilité des chauffeurs, surcoût du transport). Des annonces du gouvernement sont attendues à ce sujet aujourd'hui, d'après un communiqué de plusieurs ministères.
Source : agrapresse.fr

Bruno Le Maire invite les salariés de l'agroalimentaire à se rendre au travail

mer, 03/18/2020 - 11:59
Dans une interview sur BFMTV le 18 mars, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a invité tous les salariés «des activités qui sont indispensables au fonctionnement du pays à se rendre sur leurs lieux de travail». Un message qui concerne notamment l'agroalimentaire et la grande distribution, appelés par le locataire de Bercy à «assurer la sécurité économique du pays». Le même jour, Bruno Le Maire et Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture, ont envoyé un courrier aux salariés de l'agroalimentaire. «Nous comptons sur vous», écrivent les deux membres du gouvernement, qui martèlent qu'«il est indispensable que la chaîne alimentaire perdure pour soutenir l'effort de la communauté nationale. En retour, l'Etat sera à vos côtés pour traverser cette période difficile.»
Source : agrapresse.fr

Coronavirus: arrêt partiel de la production en Champagne

mer, 03/18/2020 - 11:58
Le groupe coopératif Tereos répond à la «pénurie» de gel hydroalcoolique en engageant cinq usines dans sa fabrication, a-t-il indiqué le 18 mars. Cette décision, appliquée le jour même, concerne les sites d’Artenay (Loiret), Origny-Sainte-Benoite (Aisne), Lillers (Pas-de-Calais), Morains (Marne) et Nesle (Somme), selon un communiqué. La production a «déjà démarré sur un premier site et sera mise à la disposition gratuitement des Agences régionales de santé et des hôpitaux des régions proches, qui connaissent des situations très critiques», affirme le groupe. Les cinq usines «disposent du savoir-faire nécessaire à la fabrication d’alcool pharmaceutique et de capacités importantes qui font de Tereos le premier producteur d’alcool en France». Volume prévu : 10 à 11 000 litres/semaine.
Source : agrapresse.fr

Coronavirus: chauffeurs «pestiférés», la chaîne logistique sous tension

mer, 03/18/2020 - 11:58
Le groupe coopératif Tereos répond à la «pénurie» de gel hydroalcoolique en engageant cinq usines dans sa fabrication, a-t-il indiqué le 18 mars. Cette décision, appliquée le jour même, concerne les sites d’Artenay (Loiret), Origny-Sainte-Benoite (Aisne), Lillers (Pas-de-Calais), Morains (Marne) et Nesle (Somme), selon un communiqué. La production a «déjà démarré sur un premier site et sera mise à la disposition gratuitement des Agences régionales de santé et des hôpitaux des régions proches, qui connaissent des situations très critiques», affirme le groupe. Les cinq usines «disposent du savoir-faire nécessaire à la fabrication d’alcool pharmaceutique et de capacités importantes qui font de Tereos le premier producteur d’alcool en France». Volume prévu : 10 à 11 000 litres/semaine.
Source : agrapresse.fr

Tereos lance la fabrication de gel hydroalcoolique dans cinq usines

mer, 03/18/2020 - 11:58
Le groupe coopératif Tereos répond à la «pénurie» de gel hydroalcoolique en engageant cinq usines dans sa fabrication, a-t-il indiqué le 18 mars. Cette décision, appliquée le jour même, concerne les sites d’Artenay (Loiret), Origny-Sainte-Benoite (Aisne), Lillers (Pas-de-Calais), Morains (Marne) et Nesle (Somme), selon un communiqué. La production a «déjà démarré sur un premier site et sera mise à la disposition gratuitement des Agences régionales de santé et des hôpitaux des régions proches, qui connaissent des situations très critiques», affirme le groupe. Les cinq usines «disposent du savoir-faire nécessaire à la fabrication d’alcool pharmaceutique et de capacités importantes qui font de Tereos le premier producteur d’alcool en France». Volume prévu : 11 000 litres/semaine.
Source : agrapresse.fr

Coronavirus: «La Ruche qui oui» dope ses ventes

mar, 03/17/2020 - 21:25
Depuis 24 heures, la plateforme d’e-commerce qui facilite l’achat direct aux producteurs La ruche qui dit oui fait face à «une énorme demande», selon son attaché de presse Clémence Fernet. Interrogée par Agra Presse le 17 mars, elle assure que cette demande exponentielle s’applique aussi bien aux ruches -les points de retrait de commandes- qu’au service de livraison à domicile. Concernant les ruches, la jeune entreprise française note une augmentation «considérable» du nombre de clients et du panier moyen. «Le panier moyen, normalement c’est 40 à 50 euros de courses par un client. Là, on le double quasiment», a dit la responsable du service presse. Quant au service de livraison à domicile disponible depuis un an et demi à Paris et en Ile-de-France, il enregistre «environ 200 commandes par jour». «On a dû limiter, normalement on est à 100-150 commandes», précise-t-elle.
Source : agrapresse.fr

Pages