Pratique

Christine Fischbach, conteuse professionnelle

En mots et en contes

Publié le 02/08/2020 | par Florence Péry

IMG_0329.JPG
Pour nourrir son répertoire, Christine Fischbach a lu énormément de contes et d’histoires issus de toutes les cultures.
Florence Péry
Portrait%20CF.jpg
C’est dans des stages de théâtre que Christine Fischbach a appris à se tenir sur une scène et à maîtriser sa respiration tout en perfectionnant sa technique auprès de conteurs professionnels.
DR

Originaire du pays de Hanau, Christine Fischbach a tourné le dos à la vie de bureau pour devenir conteuse professionnelle. Depuis vingt ans, elle sillonne l’Alsace et les contrées alentour, contant et racontant toutes sortes d’histoires, puisées dans le répertoire populaire ou qu’elle a composées elle-même.

Jusqu’à ses 40 ans, Christine Fischbach a voulu faire plaisir à ses parents en renonçant à son rêve d’adolescente - travailler dans le tourisme - pour un emploi administratif. D’abord secrétaire chez Kuhn, le constructeur de machines agricoles, elle a ensuite exercé dans différents services de la ville de Saverne. C’est pour répondre à une sollicitation de la maîtresse de son fils, alors scolarisé en maternelle, qu’elle s’est mise à lire des histoires devant un public pour la première fois. À force de feuilleter les albums et les livres pour enfants, elle en connaissait les histoires par cœur. « J’avais les images dans la tête. C’est ainsi que je me suis créé un répertoire. »

Un répertoire qu’elle a enrichi en travaillant au service jeunesse de la bibliothèque municipale de Saverne : avec ses collègues, elle a participé à la constitution du fonds et à l’accueil de scolaires pour l’heure du conte du mercredi. « Au bout de huit ans, j’avais l’impression d’avoir fait le tour de mon métier, je n’avais plus de défi à relever », se remémore Christine Fischbach. La quarantaine aidant, la tête bouillonnante d’histoires et de légendes, elle décide de prendre une année sabbatique pour devenir conteuse professionnelle. Coup de chance, le maire de Monswiller lui propose de monter un spectacle pour l’inauguration de la bibliothèque locale, le 13 juin 2000.

Au croisement de l’imaginaire et du réel

Sa première représentation, consacrée aux contes de Provence, attire plus de 100 personnes et lui vaut une demi-page dans les DNA. Dans la foulée, la journaliste Simone Morgenthaler l’invite dans son émission « Sür und siess » sur France 3. « D’un coup, le regard des gens sur moi changeait : c’était surprenant et agréable », raconte Christine Fischbach. Grâce à ce spectacle et à ceux qui suivent, la conteuse obtient en moins d’un an le statut d’intermittente du spectacle, qu’elle a gardé depuis.

De fil en aiguille, les sollicitations se multiplient : séances de contes dans les écoles, dans les bibliothèques, spectacles de Noël… Et les commandes arrivent : à la demande du Musée du pétrole de Merkwiller-Pechelbronn, Christine Fischbach collecte les souvenirs des mineurs qui ont extrait le pétrole du sous-sol de Merkwiller jusque dans les années 1970. Elle les enregistre, rédige un livret dont elle fait un spectacle. « C’était super intéressant car ce n’était pas basé uniquement sur l’imaginaire mais aussi sur le réel, l’histoire et la technique. » Une aubaine pour celle qui s’est toujours passionnée pour l’histoire et les récits de vie. Pendant six mois, elle creuse le filon avec les enfants de l’école de Merkwiller-Pechelbronn. Ensemble, ils inventent l’histoire du pétrosaure, un drôle d’animal dont le sang a la couleur de l’or noir, sorte de récit des origines du pétrole en Alsace.

Le train qui mène au paradis

Deux à trois ans après, c’est l’association du chemin de fer forestier d’Abreschviller, en Moselle, qui fait appel à elle. Cette fois, il s’agit de créer un spectacle autour de ce pittoresque train à vapeur et des légendes qui s’y rattachent. Ce sera « Le voyage de Bébert », spectacle suivi d’une balade dans le fameux train où les enfants, encore imprégnés de l’histoire racontée par la conteuse, retrouvent avec émerveillement les lieux évoqués dans son récit. À bord du train, Christine Fischbach est « au paradis » : des années après, son visage s’illumine encore au souvenir du plaisir ressenti par ses jeunes auditeurs.

Qu’elle soit à l’initiative d’un thème ou qu’elle réponde à une commande, Christine Fischbach s’attache à créer une ambiance propice à l’enchantement. Pour cela, elle recourt volontiers à des accessoires pour suggérer un lieu et s'entoure parfois de musiciens, comme lorsqu’elle se produit au château du Haut-Barr, près de Saverne. Lors de ses balades contées, elle utilise toutes les ressources de la nature environnante : un sapin et voilà son public transporté dans une sombre forêt en plein hiver. Le ton de la voix, sa musicalité, et la gestuelle font le reste. « C’est comme du théâtre. » C’est d’ailleurs dans des stages de théâtre qu’elle a appris à se tenir sur une scène et à maîtriser sa respiration tout en perfectionnant sa technique de conteuse auprès de conteurs professionnels.

La native du pays de Hanau répète volontiers ses textes en pleine nature : en particulier sur la colline calcaire du Bastberg, proche de chez elle, où elle profite de la tranquillité du matin pour raconter ses histoires à haute voix. Dans « ce lieu chargé d’énergie » et fourmillant de légendes lui viennent les images qui l’aident à mémoriser ses textes. Elle compare ceux-ci à une pâte qu’il faut sans cesse malaxer, dérouler et remettre en boule pour arriver aux mots justes. Un travail qui lui procure « des moments forts » qu’elle n’aurait pas vécus si elle avait conservé sa vie de bureau.

La gourmandise sans le péché

Christine Fischbach anime aussi des repas-spectacles sur le thème de la bonne chère et des vins, en lien avec des tour-opérateurs. « Des mets et des mots », c’est ainsi qu’elle intitule ses performances, alternent sur un mode humoristique sketches et chansons autour de la gourmandise. Depuis deux ans, la conteuse a encore ajouté à ses activités des séances d’initiation à l’alsacien à travers les contes et les comptines. Elle intervient dans les écoles de quatre villages de la communauté de communes de la basse Zorn. Les séances débouchent sur un spectacle où les enfants interprètent les comptines et les petites phrases mémorisées lors de ses interventions. Un bonheur pour celle qui se dit fière d’être alsacienne et qui, ayant baigné dans le dialecte depuis sa naissance, continue à ponctuer ses phrases de nombreux petits mots en alsacien.

« Les contes me font voyager », confie Christine Fischbach. Pour quelqu’un qui voulait faire du tourisme, ça tombe bien ! De fait, elle qui contait au départ en français, puis en alsacien, s’est lancé un nouveau défi, celui de conter en allemand. Ce qui l’a amené à se produire outre-Rhin, à la demande de la Märchengesellschaft. L’an dernier, elle a ainsi raconté en allemand des contes et légendes alsaciens dans plusieurs écoles berlinoises. « J’avais le trac mais c’était une super expérience ! » Elle s’attend à retrouver la même sensation lorsqu’elle va remonter sur les planches, après quatre mois d’interruption liée à la crise sanitaire : cette fois, ce sera pour des contes de pirates. À l’abordage !

 

 

Ses prochaines dates

Balade contée à travers le village de Gambsheim : jeudi 13 août à 17 h, départ parking du hall de gymnastique. Rens. 03 88 96 44 08.

Balade contée nocturne à Bouxwiller : vendredi 14 août à 20 h 30, départ de l’hôtel de ville. Réserv. 03 88 70 70 16.

Balade contée Au fil de l’eau: jeudi 20 août à 10 h, départ à l’écluse 309 - barrage de Gambsheim. Rens. 03 88 96 44 08.

Florence Péry

Les vidéos